Nouveau

2 février 1943

2 février 1943


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

2 février 1943

Février

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
> Mars

Front de l'Est

Les dernières troupes allemandes à Stalingrad se rendent.

Guerre dans les airs

Huitième mission de bombardement lourd de l'armée de l'air n° 32 : 83 avions envoyés à l'attaque des chantiers de triage à Hamm. Aucun avion n'attaque la cible.



2 février 1943 | Reddition des forces nazies à Stalingrad

Georgii Zelma/Archives fédérales allemandes Un soldat soviétique brandissant son drapeau du pays&# x2019s sur la place centrale de Stalingrad en janvier 1943.
Titres historiques

Découvrez les événements clés de l'histoire et leurs liens avec aujourd'hui.

Le 2 février 1943, le reste des forces nazies de la bataille de Stalingrad se rendit, mettant ainsi fin à l'une des batailles les plus féroces et les plus sanglantes de l'histoire de la guerre. Ce fut une victoire décisive pour les Soviétiques qui, après deux ans de recul par les forces nazies, renversèrent le cours de la guerre et commencèrent à avancer vers l'Allemagne plus tard dans l'année.

Un article de l'Associated Press dans le New York Times du 3 février a déclaré : « Outre les énormes progrès territoriaux des Russes, la destruction des troupes et de l'équipement de l'Axe était considérée comme encore plus importante dans la lutte des Alliés pour forcer les nazis à se mettre à genoux. .&# x201D Il a publié un ordre publié par le premier ministre soviétique, Josef Staline, félicitant les troupes soviétiques pour leur &# x201C avec succès la mise en œuvre de la liquidation des troupes ennemies encerclées à Stalingrad.&# x201D

La guerre entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique avait commencé en juin 1941, lorsque les nazis ont ignoré un pacte de non-agression et lancé une invasion surprise. Les forces nazies s'avancèrent profondément dans le territoire soviétique, mais le rude hiver les empêcha d'atteindre Moscou. En juin 1942, les dirigeants nazis décidèrent de lancer leur deuxième offensive non pas vers Moscou, mais vers la ville industrielle de Stalingrad et la région riche en pétrole du Caucase.

Les forces nazies avancèrent rapidement et en août commencèrent une campagne de bombardements massifs qui détruisit une grande partie de la ville. Les forces terrestres nazies ont avancé dans la ville en septembre, mais ont dû faire face à une vive résistance de la part des hommes soviétiques prêts à se battre au corps à corps au milieu des ruines de la ville bombardée.

En novembre, les Soviétiques ont reçu des renforts et ont lancé une contre-offensive, l'opération Uranus, qui, quelques jours plus tard, a détruit les forces roumaines défendant les nazis&# x2019 les flancs nord et sud. L'effondrement des flancs a permis aux forces soviétiques de converger à l'arrière de la ligne nazie et d'encercler plus de 250 000 hommes de la 6e armée nazie.

Au cours des deux mois suivants, les forces nazies encerclées ont été confrontées à un froid intense, à la famine et à une diminution des stocks alors qu'elles tentaient désespérément de tenir le coup. Pendant ce temps, en dehors de la poche, les forces nazies étaient repoussées par une offensive soviétique, isolant davantage la poche nazie de son soutien. Les Soviétiques ont offert à Paulus l'opportunité de se rendre en janvier, mais Hitler ne l'a pas laissé faire. &# x201CLes communiqués allemands sont devenus de plus en plus réticents au début, puis ont commencé à décrire les hommes comme des martyrs qui, tout en combattant &# x2018uniquement avec des crosses de fusil et des baïonnettes,&# x2019 empêchaient les Russes d'étendre leurs succès ailleurs,&# x201D l'Associé Presse a écrit.

Le 30 janvier, Hitler a promu Friedrich Paulus, commandant de la sixième armée, au grade de maréchal. Dans l'histoire allemande, aucun feld-maréchal ne s'était jamais rendu. Le 31 janvier, il a rendu ses troupes dans la partie sud de la ville et le 2 février, il a rendu ses troupes restantes. Il n'y avait que 91 000 soldats nazis encore en vie. Ils ont tous été faits prisonniers et parmi eux, environ 5 000 ont survécu aux camps de travail soviétiques pour rentrer chez eux.

Connectez-vous à aujourd'hui :

Le front oriental de la Seconde Guerre mondiale était le théâtre le plus grand et le plus destructeur de toutes les guerres jamais menées. La force des forces nazies et soviétiques sur le front éclipsait la taille des forces sur le front occidental, ou sur les théâtres méditerranéens, pacifiques et africains. Cependant, de nombreux manuels aux États-Unis qui traitent de la Seconde Guerre mondiale ont tendance à se concentrer sur les actions des forces américaines et britanniques contre les forces de l'Axe sur le front occidental au détriment des événements sur le front oriental beaucoup plus vaste.

Pourquoi pensez-vous que certains événements sont omis ou déformés et « dilués » dans les textes d'histoire, et comment pensez-vous que cela pourrait avoir un impact sur votre compréhension de l'histoire ? Comment pensez-vous que les éducateurs et les étudiants peuvent travailler pour découvrir des récits plus complets et plus précis du passé ?


2 février 1943 - Histoire

Sections sur cette page (Cliquez sur les liens)

L'Allemagne envahit la Pologne le 1er septembre 1939 et deux jours plus tard, la Grande-Bretagne et la France étaient à nouveau en guerre avec l'Allemagne. L'Australie, par conséquent, était également en guerre le 3 septembre 1939.

L'Australie est entrée en guerre avec une armée mal équipée et incomplètement entraînée, toujours liée par les dispositions de la loi sur la défense. Le 2e AIF a donc été élevé de la même manière que le 1er - d'anciens soldats, de civils et de volontaires des unités de milice.

Curieusement, le premier coup tiré par la Grande-Bretagne et les Dominions a de nouveau été tiré depuis la batterie de Fort Nepean. Un cargo a refusé à plusieurs reprises d'être identifié et a tenté d'entrer à Port Phillip à 1 h 50 le 4 septembre, cinq heures seulement après la déclaration de guerre. Un tour était suffisant pour que le SS 'Woniora' établisse ses intentions amicales.

Le déclenchement de la guerre a posé un problème difficile au gouvernement. L'incertitude des intentions du Japon et une opposition opposée à la fois à la constitution d'un corps expéditionnaire et à la conscription pour la défense intérieure, la contribution que l'Australie devrait et pourrait apporter à l'effort de guerre en Europe en termes de nombre et de composition des soldats.

Le même problème n'a pas affecté la Royal Australian Navy ou la Royal Australian Air Force qui n'étaient pas liées au service à domicile par la loi sur la défense et avaient déjà du personnel servant à l'étranger.

Le 15 septembre 1939, le gouvernement annonça la création d'une division d'infanterie (qui deviendra plus tard la 6e division) « pour le service dans le pays ou à l'étranger selon les circonstances ». Fin novembre, il a décidé que la 6e division devrait partir pour le Moyen-Orient avec les premiers éléments en janvier 1940. Par la suite, l'approbation a été donnée en février pour lever la 7e division afin d'augmenter la contribution de l'Australie à un corps.

L'invasion réussie de la France et des Lowlands par les Allemands en mai 1940 a laissé la Grande-Bretagne et les Dominions seuls. Ceci, avec l'incertitude persistante concernant les intentions japonaises dans le Pacifique, a changé l'attitude du gouvernement et du peuple envers la guerre en une attitude d'engagement total, y compris la levée d'une autre formation de l'AIF, la 8th Infantry Division.

En mai, une brigade de la 6e division était déjà en Palestine et deux autres convois s'y rendaient. Après des discussions intergouvernementales, un convoi a continué vers le Moyen-Orient tandis que l'autre a été détourné vers l'Angleterre, pour ensuite être réorganisé en deux brigades d'infanterie. Il a également été décidé que la 7e division devrait rejoindre la 6e division, tandis que la 8e division serait envoyée en Malaisie en tant que troupes de garnison.

Lorsque l'Australie a suivi la décision britannique de réduire le nombre de bataillons dans une brigade de quatre à trois, un train de réorganisation a été lancé qui a fourni suffisamment de ressources pour former une quatrième division d'infanterie de l'AIF. La 9e division a été formée à partir des troupes en Grande-Bretagne, ainsi que d'autres au Moyen-Orient.

A la suite des expériences en Europe, une division blindée fut levée en Australie au début de 1941, la 1st Armored Division, mais elle n'était destinée à jamais servir en dehors de l'Australie. Pendant ce temps, le Japon a poursuivi sa pénétration pacifique de l'Asie du Sud-Est

Les Italiens ont déclaré la guerre à la Grande-Bretagne et à la France le 10 juin 1940 et, en septembre, ont commencé une avance en Égypte. Les premiers succès leur ont permis d'atteindre Sidi Barrani, une avance d'environ 50 kilomètres mais le 10 décembre, les troupes britanniques et indiennes ont contre-attaqué et les ont forcés à retourner à Bardia.

Le 3 janvier 1941, la 6 division lança une attaque sur Bardia, qui fut rapidement prise pour la perte de 130 tués et 326 blessés. Deux jours plus tard, le 6e était à l'extérieur de Tobrouk, bien en Cyrénaïque. Tobrouk, une importante forteresse italienne, est attaquée le 21 janvier et capturée le lendemain, avec 49 Australiens tués et 306 blessés. L'ennemi en retraite est poursuivi sans relâche et le 6 février, la 6 division atteint Benghazi. Le 9 mars, la 9e division commença à relever la 6e. En deux mois, une armée italienne de dix divisions, quelque 1 300 canons et 400 chars avaient été détruits.

Le changement allait bientôt se produire, avec des éléments avancés de l'Afrika Korps allemand débarquant en Afrique du Nord fin février. Leur avance a forcé le retrait des troupes britanniques et du Dominion de la plupart de leur territoire récemment capturé en Cyrénaïque. Le 11 avril, la 9e division, la 18e brigade d'infanterie et les unités blindées et d'artillerie britanniques étaient assiégées à Tobrouk, avec les forces allemandes aussi loin que la frontière égyptienne.

Tobrouk a été fortement attaqué le 30 avril mais, bien qu'un saillant ait été forcé sur les défenses, la garnison a tenu bon. Une autre attaque le 16 mai a également été vaincue tandis que le saillant a été régulièrement réduit par des patrouilles intenses. En septembre et octobre, les Australiens furent relevés pour un repos bien mérité. Quelque 3000 victimes avaient été subies et 941 faits prisonniers.

Plus à l'est, à la suite d'un coup d'État de Rashid Ali début mai, l'Irak a abrogé son traité avec la Grande-Bretagne. L'armée irakienne a été rapidement vaincue par les troupes britanniques et kurdes et la situation intérieure s'est stabilisée. Cependant, le risque d'intervention allemande, non seulement en Irak mais dans les zones sous contrôle français de Vichy, a rendu stratégiquement nécessaire la prise de contrôle de la Syrie également.

La Syrie est envahie le 8 juin par la 7e division (moins la 18e brigade à Tobrouk), avec une brigade indienne et deux brigades françaises libres. L'attaque a suivi trois itinéraires : la route directe vers Damas, à travers les montagnes jusqu'à la route Damas/Beyrouth à Zahlé, et la route côtière vers Beyrouth. Les Français de Vichy ont combattu courageusement, mais le 15 juin, la force alliée avait atteint la ligne Kiswe-Merdjayoun-Jezzine-Sidon.

Malgré une forte contre-attaque de Vichy dans les environs de Merdjayoun, Damas est prise le 21 juin. Les combats se poursuivent jusqu'au 12 juillet, date à laquelle les Français de Vichy obtiennent un armistice. Cette campagne a fait 1600 victimes australiennes, dont 416 tués au combat.

En plus de leurs revers militaires en Afrique du Nord en février et mars 1941, les Italiens risquaient d'être chassés de Grèce. Le 1er mars 1941, les forces allemandes étaient entrées en Bulgarie et, le 6 avril, en Yougoslavie. L'aide alliée avait été ordonnée à la Grèce, et le 3 avril, une brigade blindée britannique et le corps de l'ANZAC (la plupart de la 6e division australienne et de la division néo-zélandaise) étaient arrivés. Le 10 avril, des éléments de cette force prirent contact avec les Allemands à une quinzaine de kilomètres au sud de la Yougoslavie.

En infériorité numérique et avec l'ennemi dans le contrôle total de l'air, la force a été repoussée à travers les lignes Aliakmon et Thermopylae à la région d'Athènes. La résistance s'est finalement effondrée, mais l'habileté et la résolution de la marine ont permis que presque toutes les unités de combat soient évacuées, le 28 avril, vers l'Égypte ou la Crète.

Le 20 mai, l'Allemagne a lancé une attaque parachutée et aéroportée sur la Crète. Les attendaient une force mixte « ad hoc » de troupes britanniques, néo-zélandaises, australiennes et grecques, les plus récents évacués de Grèce, avec peu d'équipement lourd et presque aucun soutien aérien. Le 26 mai, la position des alliés en infériorité numérique était désespérée et l'évacuation ordonnée. Malgré des pertes paralysantes, la Marine a sauvé 15 000 soldats. 12.000 autres dont 3.000 Australiens n'ont pas pu être évacués et ont été faits prisonniers.

Après l'entrée en guerre du Japon le 7 décembre 1941, les 6e et 7e divisions retournent en Australie. La 9e division est restée au Moyen-Orient. À la fin du mois de mai 1942, les forces renforcées de l'Axe commencèrent à avancer dans le désert occidental et, les 20 et 21 juin, avaient repris Tobrouk. Ils ont finalement été stoppés par trois jours de combats intenses aux positions défensives d'El Alamein, à seulement 90 kilomètres d'Alexandrie. Le 30 août, les forces de l'Axe attaquent à nouveau mais sont défaites à Alam el Halfa. Le général allemand von Mellenthin décrira plus tard cette action comme « le tournant de la guerre du désert ».

Le 23 octobre, la 8e armée attaque à El Alamein, la bataille atteint son paroxysme une semaine plus tard. Une attaque de la 9e division au nord vers la mer a gagné du terrain qui a résisté avec succès aux lourdes contre-attaques allemandes. Après d'intenses efforts, les forces blindées britanniques ont fait irruption dans le couloir initialement sécurisé par la 9e division et, le 9 novembre, les forces de l'Axe étaient en pleine retraite. Ce succès permet à la 9e division de retourner en Australie, où elle arrive en février 1943. Les pertes australiennes pour toute la période des opérations d'El Alamein à partir du 7 juillet sont de 5809, dont 1225 morts, 3638 blessés et 946 faits prisonniers.

Après septembre 1940, lorsque les forces japonaises sont entrées dans le nord de l'Indochine, le gouvernement australien était devenu le plus préoccupé par la sécurité de Singapour. A partir d'octobre 1940, la garnison britannique et du Dominion y fut régulièrement renforcée, y compris la 8e division (moins une brigade) qui arriva en février 1941. Conformément à un accord avec les Indes néerlandaises conclu au début de 1941, les groupes bataillons australiens furent débarqués à Ambon et Timor à la mi-décembre 1941.

L'attaque de Pearl Harbor n'était pas la seule opération japonaise au début de décembre 1941. Les forces japonaises débarquèrent en Thaïlande et en Malaisie et attaquèrent les Philippines. Ils avancèrent rapidement, capturant Rabaul le 23 janvier 1942 et acceptant la capitulation de Singapour le 15 février. Timor et Ambon ont été envahis par les Japonais le 23 février 1942 (bien que quelque 300 Australiens aient continué à les harceler au Timor jusqu'à leur retrait entre décembre 1942 et février 1943). Le 12 mars, les Japonais avaient pris Java.

Les pertes australiennes dans la campagne ont été de 18 940, dont 1 789 tués et 1 306 blessés

Ailleurs dans le Pacifique, l'avancée japonaise avait été tout aussi spectaculaire, atteignant Lae et Salamaua en Nouvelle-Guinée le 8 mars 1942. Après un débarquement japonais aux Philippines le 10 décembre 1941, Bataan se rendit le 9 avril 1942 et Corregidor un mois plus tard. Heureusement, l'US Navy, appuyée par des navires de la RAN, fit refouler un convoi japonais en direction de Port Moresby lors de la bataille de la mer de Corail du 5 au 8 mai. Après une nouvelle défaite navale à Midway du 4 au 6 juin, les Japonais tentent une attaque terrestre contre Port Moresby.

En décembre 1941, les sept divisions de la milice australienne sont mobilisées et, au début de janvier 1942, l'Australie accepte de redéployer le 1er corps australien (6e et 7e divisions) du Moyen-Orient vers l'Extrême-Orient. À peu près au même moment, la garnison de Port Moresby est renforcée par deux bataillons de milice et d'autres unités. La destination du 1er corps australien a été changée en Australie après la chute de Singapour.

En mars-avril 1942, les États-Unis forment le South West Pacific Command et, avec l'accord de l'Australie, le général Douglas MacArthur est nommé commandant suprême, avec le général Sir Thomas Blamey comme commandant des forces terrestres alliées.

Les Japonais ont poursuivi leur campagne pour s'emparer de la Nouvelle-Guinée et, les 21 et 22 juillet 1942, ont débarqué deux régiments d'infanterie avec des troupes de soutien à Gona et se sont rapidement déplacés vers l'intérieur des terres jusqu'au début nord de la piste de Kokoda. Ils prévoyaient d'avancer sur ce chemin tortueux et de prendre Port Moresby par le nord. Les petites forces australiennes dans la région de Buna/Gona, et plus tard le 39e bataillon remontant la piste pour renforcer Kokoda ont mené une action d'arrière-garde désespérée mais ont été poussés à travers les montagnes jusqu'à Isurava. Le 23 août, la 21e brigade de la 7e division est envoyée en action sur la piste. Des combats acharnés se sont poursuivis, mais après une lutte désespérée, les Australiens se sont retirés plus près de Port Moresby.

Pendant ce temps, Milne Bay avait été renforcé par des unités de l'armée et de la RAAF sous le commandement du major-général Cyril Clowes, qui ont prévenu une tentative de force de débarquement japonaise de capturer la baie comme base supplémentaire à partir de laquelle avancer sur Port Moresby. L'armée australienne et la force aérienne ont travaillé ensemble pour vaincre la force amphibie japonaise. Deux semaines après le débarquement, les Japonais retirent leurs survivants. C'était la première fois dans la guerre du Pacifique qu'une force amphibie japonaise était vaincue.113

Le 2 novembre, les Australiens renforcés avaient repris Kokoda et le 11 novembre, les unités de combat japonaises ont été forcées d'abandonner Oivi. Le 13 novembre, les Australiens avaient atteint la rivière Kumusi. La bataille pour la piste de Kokoda était terminée, bien que les unités japonaises aient continué à résister fermement sur le terrain extrêmement difficile jouxtant la côte autour de Buna, Gona et Sanananda jusqu'à la mi-janvier 1943.

Les intentions des Alliés pour 1943 comprenaient des plans pour reprendre les Salomon jusqu'au sud de Bougainville, la côte de la Nouvelle-Guinée jusqu'à Madang et la côte ouest de la Nouvelle-Bretagne. La création d'aérodromes sur les îles Kiriwina et Woodlark était également prévue. Une posture défensive devait être prise contre toute attaque possible contre le nord de l'Australie depuis la région du détroit de Merauke-Torres.

À l'heure actuelle, comme pendant la Première Guerre mondiale, l'Australie était confrontée à de graves problèmes de main-d'œuvre du fait du maintien d'une armée de douze divisions - un nombre beaucoup plus important en proportion de la population que la Grande-Bretagne, l'Amérique ou le Japon. Des pertes au combat et un taux élevé de maladies tropicales, en particulier le paludisme et la dysenterie qui avaient réduit l'armée de l'équivalent d'une division. Les dispositions de la loi sur la défense, interdisant aux conscrits de servir en dehors du territoire australien, ont aggravé le problème de main-d'œuvre. De nombreuses unités de milice étaient déjà désignées comme AIF puisque les trois quarts de leurs effectifs étaient des volontaires. En février 1943, une loi a été adoptée autorisant la milice à servir n'importe où dans la région du sud-ouest du Pacifique sous l'équateur.

Au début de 1943, les Japonais avaient fortement renforcé la région de Lae-Salamaua et exploitaient au sud-est à travers Mubo jusqu'à Wau, mais ont été contraints de revenir à Mubo. Au début du mois de mars, les tentatives ennemies de renforcer Lae sont défaites lors de la bataille de la mer de Bismarck. Le 14 juillet, la 3e division avait nettoyé Mubo, puis assiégé Salamaua, détenue par la 51e division japonaise considérablement renforcée. Salamaua tomba le 11 septembre et Lae, à la suite des opérations des 7e et 9e divisions à l'ouest et à l'est, tomba le 16 septembre.

La 7e division poursuit l'offensive, remontant la vallée de Markham et la rivière Ramu, pour occuper Dumpu le 4 octobre. Bien que de violents combats se soient développés sur Shaggy Ridge dans les montagnes du Finisterre au nord, la résistance japonaise s'est effondrée fin janvier 1944. Pendant ce temps, le 22 septembre, la 9e division avait effectué un nouveau débarquement au nord de Finschafen. D'âpres combats s'ensuivent, notamment pour la possession de Satelberg qui ne tombe que le 24 novembre. Le 8 décembre, les Japonais battent en retraite, Sio tombe le 15 janvier 1944. Les trois divisions de l'AIF sont retirées pour se reposer et se recycler, remplacées par les 3e, 5e et 11e divisions de milice.

Les succès alliés ont ouvert la voie à une invasion américaine des Philippines. Comme la stratégie nationale de l'Australie était axée sur l'élimination des forces japonaises de la Nouvelle-Guinée, les forces australiennes ont été utilisées pour soulager les garnisons américaines dans ces territoires. En raison de problèmes de main-d'œuvre, les forces australiennes de relève étaient beaucoup plus petites que les garnisons américaines.

Les campagnes australiennes qui ont suivi ont depuis fait l'objet de nombreux débats. À partir d'octobre 1944, la 3e division et deux brigades indépendantes ont été transférées aux Salomon, la 5e division a été attribuée à la Nouvelle-Bretagne et la 6e division à Aitape, tandis que la 8e brigade a poursuivi ses opérations dans la région de la rivière Madang-Sepik. Plans pour 1945 commis I Corps (7e et 9e divisions) à des opérations à l'ouest de l'invasion américaine des Philippines, pour capturer des zones à Bornéo appropriées comme bases navales et aériennes pour les opérations futures, pour capturer et tenir les installations pétrolières de Bornéo et re -établir le gouvernement des Indes orientales néerlandaises à Bornéo.

Le 29 novembre, la politique officieuse de vivre et laisser vivre entre les forces américaines et japonaises sur Bougainville est rompue par les offensives de la 3e division au nord, à travers le centre et au sud de l'île. Celles-ci se sont poursuivies, contre une forte résistance et des contre-attaques périodiques des Japonais, jusqu'au premier semestre 1945. En Nouvelle-Bretagne, des opérations contre les principales positions japonaises à travers la péninsule de Gazelle ont été lancées par la 5e division, initialement depuis la baie de Jacquinot où elle est arrivée. début novembre 1944. À partir de la mi-mars, la division avait réduit la garnison japonaise à un tel niveau que les besoins opérationnels se réduisaient à des patrouilles actives en avant des zones sécurisées. Pendant ce temps en Nouvelle-Guinée, la 6e division a développé ses opérations vers l'est le long de la côte depuis Aitape et à travers les chaînes de Torricelli vers Wewak, qui a été sécurisée à la fin du mois de mai, les opérations se sont poursuivies contre les forces japonaises qui s'étaient retirées dans les chaînes de Prince Alexander jusqu'à la fin des combats. en août 1945.

Les opérations sur Bornéo ont commencé huit jours avant la fin des combats en Europe. Le 1er mai 1945, la 9e division débarqua à Tarakan et, contre une forte opposition, sécurisa l'aérodrome. Cependant, l'opposition obstinée des Japonais se poursuit autour de Tarakan jusqu'au retrait de l'ennemi le 14 juin, poursuivi sans relâche jusqu'au cessez-le-feu en août. La 9e division, le 10 juin, s'est engagée à capturer Brunei après les débarquements à Labuan, aux îles Muara et à Brunei Bluff. Le 1er juillet, de l'autre côté de l'île, la 7e division débarque à Balikpapan lors du plus grand assaut amphibie entrepris par les Australiens. Après de violents combats, l'ennemi se retire le 21 juillet.

De plus de 724 000 enrôlements, avec près de 400 000 servant en dehors de l'Australie, il y a eu plus de 18 000 morts, 22 000 blessés et plus de 20 000 prisonniers de guerre, principalement au début de la guerre avec le Japon.

Statistiques : Plus de 35 millions de pages de visiteurs depuis le 11 nov. 2002


Mercredi 3 février 1943

Sur le front de l'Est. Dans le Caucase, les Soviétiques capturent Kuschevka sur la rivière Soskya, à 80 km au sud de Rostov. Kupyansk est capturé dans l'offensive vers Kharkov.

À Berlin. La perte de la 6e armée à Stalingrad est rendue publique. Trois jours de deuil national devraient commencer le 4 février.

Aux Iles Salomon. Sur Guadalcanal, les Américains consolident leur front en partant de Tassafaronga. Les patrouilles américaines pénètrent beaucoup plus près du cap Espérance.


Fichier n°1192 : "Civil Air Patrol World War II Fatalities.pdf"

Décès de la patrouille aérienne civile pendant la Seconde Guerre mondiale
Patrouille côtière
Rang/Nom
1er lieutenant Charles W. Andrews
1er lieutenant Ben Berger
1er lieutenant Curtis P. Noir
1er lieutenant Welles L. Bishop
1er lieutenant Guy T. Cherry, Jr.
1er lieutenant Frank M. Cook
1er lieutenant Julian L. Cooper
Sdt Martin E. Coughlin
1er lieutenant Paul W. Davis
1er lieutenant John H. Dean
Sdt Donald C. Ferner
1er lieutenant Delmont B. Garrett
1er lieutenant William B. Hites
Sdt Drew L. King
1er lieutenant Alfred H. Koym
Capt Harry L. Lundquist
1er lieutenant Lester E. Milky
1er lieutenant Gerald G. Owen
Sdt Clarence L. Rawls
1er lieutenant Charles Shelfus
1er lieutenant Harold O. Swift
1er lieutenant James C. Taylor
2e lieutenant Paul D. Towne
1er lieutenant Alvie T. Vaughen
1er lieutenant Robert D. Ward
FO David S. Williams

Ville natale
Springfield, Ohio
Denver, CO
North Olmsted, Ohio
Meriden, Connecticut
Kingston, Caroline du Nord
Concorde, Caroline du Nord
Nashville, Caroline du Nord
Kansas City, Missouri
Saint-Louis, Missouri
Fort Worth, Texas
Tulsa, d'accord
Médias, PA
Jamestown, État de New York
Spartanburg, Caroline du Sud
Rosenberg, Texas
Gastonia, Caroline du Nord
Sandusky, OH
West Farmington, Ohio
Charleston, Caroline du Sud
Colomb, Ohio
Stanton, DE
Bâton Rouge, LA
Peoria, Illinois
Galion, Ohio
Dallas, Texas
Wallace, Caroline du Nord

Date
30 octobre 1942
25 avril 1943
4 janvier 1943
2 février 1943
16 novembre 1942
21 décembre 1942
21 décembre 1942
26 février 1943
26 février 1943
16 novembre 1942
3 avril 1943
19 mars 1943
2 février 1943
9 février 1943
11 novembre 1942
27 juin 1943
30 octobre 1942
3 avril 1943
9 février 1943
21 juillet 1942
6 mars 1943
11 novembre 1942
19 mars 1943
4 janvier 1943
16 novembre 1942
27 juin 1943

Patrouille de liaison sud
FO Bayard S. Henderson
Sdt Harry M. Hewitt

Lancaster, Californie
Ville de jonction, OR

17 janvier 1944
17 janvier 1944

Messagerie
1er lieutenant Margaret J. Bartholomew
Sdt George W. Darling
Sdt Isaac R. Mastin
Capt Harry A. Maughan
Lt Andre E. Maye
Lt Carl A. Nelson
Sdt Meriwether J. Purdy
Sd Lt Kenneth M. Wilkinson

Cincinnati, Ohio
Pratt, KS
Wichita, KS
Walla Walla, WA
Botsford, Connecticut
Salt Lake City, Utah
Cambridge, Ohio
Ashville, KS

Ohio
Colorado
Kansas
Colorado
Connecticut
Utah
Illinois
Kansas

18 octobre 1943
11 juillet 1943
19 février 1944
16 octobre 1943
14 septembre 1943
20 mars 1943
13 janvier 1944
29 janvier 1944

TTU-21
TTU-7
TTU-21
Flushing, NY
Langley Field, Virginie
Flushing, New York
TTU-22

22 janvier 1944
20 décembre 1944
22 janvier 1944
13 mai 1942
22 janvier 1943
18 octobre 1943
25 juillet 1944

Cible de remorquage et service de suivi
FO Norman L. Buckey
Washington DC
Capt Clifton K. Hyatt
Miami, Floride
1er lieutenant Alfred C. Kendrick
Gastonia, Caroline du Nord
2d Lt Roy G. Paite
Philadelphie, Pennsylvanie
Sdt Clarence J. Parnell
Chester, Virginie
Capt Gordon M. Pyle
New York, État de New York
Capt Raoul E. Soulière
Biddeford, ME

Col Frank Blazich, Jr., CAP – Historien en chef, décembre 2014

Recherche d'avions manquants
Rang/Nom
Capt Howard W. Armstrong
Sgt Keith Clasby
Cpl Bruce W. Flegal
Sdt Harry C. Mulroy
Capt William Leo Schuth
Lt James W. Wooldridge

Ville natale
Redwood City, Californie
Colorado Springs, CO
Roswell, Nouveau-Mexique
Roswell, Nouveau-Mexique
Colorado Springs, CO
San Francisco, Californie

Base
Californie
Colorado
Nouveau Mexique
Nouveau Mexique
Colorado
Californie

Date
23 mars 1945
7 avril 1944
12 mars 1944
12 mars 1944
7 avril 1944
23 mars 1945

Ville natale
Philadelphie, Pennsylvanie
Belle Glade, Floride
Minneapolis, Minnesota
Norristown, Pennsylvanie
Minneapolis, Minnesota
Adrien, MI
Caney, KS
Caney, KS

Date
23 juin 1944
23 février 1944
30 avril 1944
23 juin 1944
30 avril 1944
14 mai 1944
29 avril 1945
29 avril 1945

Ville natale
Fort Worth, Texas
Cleveland, Ohio
La Nouvelle-Orléans, LA
Sault Ste. Marie, MI
Cleveland, Ohio
Waterloo, État de New York
Claymont, DE
Détroit, Michigan

Mission
Vol pour l'armée
Campagne d'obligations de guerre
Bombardement simulé
Vol d'entraînement
Campagne d'obligations de guerre
Campagne de recrutement
Campement d'été
Saut en parachute

Date
10 juin 1943
7 septembre 1943
16 septembre 1943
10 août 1945
7 septembre 1943
6 août 1944
23 août 1944
16 juillet 1944

Exploitation d'aéronefs de type L dans le cadre du programme CAP Cadets
Rang/Nom
Marvin Aaron (candidat potentiel)
Lt Melvin L. Alspaugh
Lt William B. Haier
Sdt Charles R. Hoser
Capt George J. Main
Maj Kenneth E. Morey
Lt John Wallace
Capt Irvin S. Wemmer
Missions diverses
Rang/Nom
Lt John T. Burke
Sdt Dayton C. Davis
1er lieutenant Fred S. Englert
Sdt Irwin T. Lawson
Sgt Frederick P. Streisel
Sgt. George R. Stubblefield
Sgt James W. Taylor
2d Lt Doerr Celia Walker


Bataille de Stalingrad

La bataille de Stalingrad (23 août 1942 - 2 février 1943) a été la plus grande confrontation de la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle l'Allemagne et ses alliés ont combattu l'Union soviétique pour le contrôle de la ville de Stalingrad (aujourd'hui Volgograd) dans le sud de la Russie.

Marquée par des combats rapprochés féroces et des assauts directs contre des civils lors de raids aériens, ce fut la bataille la plus importante (près de 2,2 millions de personnes) et la plus sanglante (1,8 à 2 millions de tués, blessés ou capturés) de l'histoire de la guerre. Après leur défaite à Stalingrad, le haut commandement allemand a dû retirer de vastes forces militaires du front occidental pour remplacer leurs pertes. Wikipédia

Apprenez-en plus sur la bataille de Stalingrad à travers les journaux historiques de nos archives. Découvrez ci-dessous des articles de journaux, des titres, des images et d'autres sources principales.


Ce jour-là, les forces allemandes se rendent aux Russes à Stalingrad, le 2 février 1943

Le 2 février 1943, les forces allemandes restantes défendant Stalingrad capitule, mettant fin à l'une des batailles les plus féroces de la Seconde Guerre mondiale.

Ce fut une victoire décisive pour les Soviétiques qui, après deux ans de recul par les forces nazies, ont inversé la tendance et changé le cours de la guerre en Europe de l'Est.

Deux ans auparavant, en juin 1941, les nazis ont unilatéralement mis fin au pacte de non-agression Molotov-Ribbentrop avec l'Union soviétique et ont lancé Opération ‘Barbarossa’ envahissant l'est de la Pologne. Ils ont avancé profondément dans le territoire soviétique et ont occupé certaines des régions les plus économiquement importantes de l'Union soviétique, y compris l'Ukraine, et ont infligé de lourdes pertes aux forces russes.

L'offensive allemande au point mort dans la bataille de Moscou et l'offensive d'hiver soviétique qui a suivi en décembre 1941 a repoussé les forces allemandes. L'hiver 1941-42 s'est avéré être le plus froid du vingtième siècle avec des températures aussi basses que -45 degrés centigrades (-49 degrés F).

En juin 1942, les Allemands lancèrent une deuxième offensive majeure à l'est visant la ville industrielle de Stalingrad et le Caucase riche en pétrole. Comme lors de leur offensive précédente en 1941, les forces allemandes ont avancé rapidement et sont entrées dans la ville de Stalingrad en septembre 1942 après avoir détruit la majeure partie de la ville avec des bombardements aériens et des bombardements d'artillerie.

En novembre 1942, les Russes lancent une contre-offensive majeure, Opération ‘Uranus’ qui encercle les 250 000 hommes de 6e armée allemande du général Friedrich Paulus. Au cours des deux mois suivants, les forces allemandes encerclées ont dû faire face à des conditions hivernales rudes et à la famine. En janvier 1943, les Soviétiques offrent au général Paulus la possibilité de se rendre, ce que Hitler refuse.

Le 30 janvier 1943, un jour avant la capitulation allemande, Hitler a promu Paulus au rang de feld-maréchal, car dans l'histoire allemande aucun feld-maréchal ne s'était rendu à l'ennemi.

Au moment de la reddition des forces allemandes restantes défendant la ville le 2 février 1943, il ne restait plus que 91 000 soldats de la 6e armée allemande. Après la fin de la guerre, seuls 5 000 de ces hommes sont revenus vivants des camps de prisonniers de guerre soviétiques. En captivité, le général Paulus devint un critique virulent des nazis et s'installa en Allemagne de l'Est après la guerre.

Aujourd'hui, vous pouvez visiter Volgograd moderne et voir l'énorme statue de 85 mètres de haut de ‘Les appels de la patrie’ sur la colline de Mamayev Kurgan surplombant la ville. La statue a été dévoilée en 1967 pour commémorer la bataille et était à l'époque la plus grande statue du monde. Il reste le plus haute statue d'Europe et le la plus haute statue de femme au monde.


2 février 1943 - Histoire

Partie 2 de 2 - 1943-1945

NCSM Chaudière (Photos de la marine, cliquez pour agrandir ) , ancien destroyer de classe H de la Royal Navy, le HMS Hero. La Marine royale du Canada, en pleine expansion, a joué un rôle majeur dans la bataille de l'Atlantique et comptait quelque 23 sous-marins allemands.

Chaque Résumé est complet à part entière. Les mêmes informations peuvent donc être trouvées dans un certain nombre de résumés connexes

(pour plus d'informations sur le navire, accédez à la page d'accueil de l'histoire navale et saisissez le nom dans la recherche sur site)

1943

JANVIER 1943

Bataille de l'Atlantique - Les intempéries et l'acheminement évasif des convois ont limité les pertes en janvier 1943. Cependant, au sud des Açores, hors de portée de la couverture aérienne, le convoi de ravitailleurs Trinidad/Gibraltar TM1 a perdu sept navires sur neuf au profit de sous-marins.

Résumé mensuel des pertes, y compris les convois russes
- 30 navires britanniques, alliés et neutres de 189 000 tonnes dans l'Atlantique toutes causes confondues
- 4 U-boot dont 1 de la RAF en Atlantique Nord 2 par des avions US au large du Brésil 1 par des causes inconnues

PERSPECTIVES DE VICTOIRE ALLIÉE - Les Russes remportèrent une célèbre victoire avec la capitulation allemande à Stalingrad en janvier 1943. Prises avec la bataille britannique d'El Alamein en octobre 1942 et la bataille américaine de Midway en juin 1942, les trois succès alliés sont généralement considérés comme marquant le tournant du 40 guerre vieille d'un mois contre les puissances de l'Axe. La bataille de Guadalcanal, qui s'achève comme l'ont fait les espoirs japonais de contrôler le Pacifique Sud-Ouest, doit également s'ajouter à cet appel à la victoire. Cependant, plus de 30 mois de lutte et d'effusion de sang ont dû être endurés avant que la victoire ne soit certaine. Même alors, une bataille n'était pas terminée jusqu'à la toute fin - la Bataille de l'Atlantique, bien qu'il ait culminé au cours des quatre prochains mois.

FÉVRIER 1943

Résumé mensuel des pertes, y compris les convois russes
- 50 navires britanniques, alliés et neutres de 310 000 tonneaux dans l'Atlantique toutes causes confondues, 1 corvette
- 15 U-boot dont 5 de la RAF en Atlantique Nord et au large du Portugal et de Gibraltar 2 de la RAF et des avions US en patrouilles Golfe de Gascogne 1 de l'US Navy en Atlantique Nord.

MARS 1943

Bataille de l'Atlantique - Tout au long de la guerre, une grande partie des pertes dues aux sous-marins étaient parmi les navires marchands et les retardataires en déroute indépendamment des convois, mais en mars 1943, les Allemands ont failli écraser les convois bien escortés. Entre le 7 et le 11, le convoi lent SC121 a perdu 13 navires. Le pire devait arriver entre le 16 et le 20 dans la plus grande bataille de convois de la guerre - autour de HX229 et SC122. Plus de 40 sous-marins ont été déployés contre les deux alors qu'ils se fusionnaient lentement dans l'espace aérien médio-atlantique jusqu'à ce qu'il y ait 100 navires plus leurs escortes. Vingt sous-marins ont participé aux attaques et ont coulé 21 navires marchands avant que des escortes aériennes et de surface supplémentaires ne les chassent finalement. Un Sunderland de la RAF est à l'origine du seul sous-marin détruit. Encore une fois, le B-Service allemand était chargé de fournir aux packs de Doenitz les détails et l'itinéraire précis du convoi. Ces pertes ont eu lieu à un autre tournant de la guerre secrète autour des codes Enigma. Au début du mois, les sous-marins sont passés du code à trois rotors au code «Triton» à quatre rotors beaucoup plus complexe. Pourtant, à la fin du mois, cela avait été brisé par les hommes et les femmes de Bletchley Park et leurs ordinateurs électromécaniques. L'énorme avantage des Alliés est rétabli.

Cela arriva en même temps qu'un certain nombre d'autres développements qui, ensemble, provoquèrent un renversement complet de la guerre contre les sous-marins. (1) Les cinq premiers groupes de soutien de la Royal Navy avec des radars modernes, des armes anti-sous-marines et HF/DF ont été libérés pour une opération dans l'Atlantique Nord. Deux ont été construits autour des destroyers de la Home Fleet, deux autour des escortes des approches occidentales, dont le 2e groupe d'escorte du Capt Walker, et un avec le porte-avions d'escorte « Biter ». Les porte-avions d'escorte "Archer" et l'américain "Bogue" étaient également prêts à l'action, mais "Dasher" fut malheureusement perdu dans les eaux britanniques. Néanmoins, la lame d'air médio-atlantique était sur le point d'être enfin fermée. (2) Une autre percée majeure a encore eu lieu dans la guerre aérienne. Les avions étaient équipés d'un radar à longueur d'onde de 10 cm, indétectable par les récepteurs Metox des sous-marins. Le nouveau radar et la lumière Leigh ont constitué une arme puissante contre les sous-marins en surface, d'autant plus qu'ils tentaient de percer les patrouilles aériennes du golfe de Gascogne. (3) De plus en plus d'avions VLR rejoignaient également le Coastal Command pour étendre davantage l'emprise des Alliés sur les routes des convois sur toute leur longueur.

Résumé des pertes mensuelles
- 90 navires britanniques, alliés et neutres de 538 000 tonnes dans l'Atlantique toutes causes confondues, 1 destroyer
- 12 U-boot dont 4 par la RAF en Atlantique Nord 1 par la RAF patrouille dans le golfe de Gascogne 1 par des avions américains au large de la Barbade 2 par les forces américaines au large des Açores et des Canaries 1 par des causes inconnues

AVRIL 1943

Bataille de l'Atlantique - L'effectif des U-boot s'élevait à 425 avec 240 bateaux opérationnels, et plus de la moitié d'entre eux en transit ou en patrouille dans tout l'Atlantique Nord. Cependant, il y a eu une certaine accalmie jusqu'à la fin du mois avec le début de la bataille de l'ONS5. Un groupe a également opéré une nouvelle fois dans la zone faiblement défendue de la Sierra Leone. En une seule nuit, le "U-515" a coulé sept des 18 navires du convoi TS37 de Takoradi/Sierra Leone. Des changements ont de nouveau été apportés à la responsabilité des Alliés pour les routes de l'Atlantique Nord. Comme convenu lors de la conférence du convoi atlantique de mars 1943 à Washington : (1) La Marine royale canadienne devait exercer le contrôle total des routes du nord à l'ouest de la ligne 47-00'W CHOP - approximativement au sud du Groenland. (2) La Royal Navy a pris le relais à l'est de 47-00'W. (3) L'US Navy s'occupait des convois du sud, ainsi que des routes des pétroliers CU/UC entre les Antilles et le Royaume-Uni. Avec ces changements organisationnels, les groupes d'escorte de convois beaucoup plus efficaces et les développements décrits en mars, le décor était planté pour les batailles décisives des convois de mai 1943.

Résumé des pertes mensuelles
- 40 navires britanniques, alliés et neutres de 242 000 tonnes dans l'Atlantique toutes causes confondues, 1 destroyer et 1 sous-marin
- 14 sous-marins allemands et 1 italien dont 3 par la RAF dans l'Atlantique Nord et au large des Canaries 1 par la RAF patrouille du golfe de Gascogne 1 par la RAF pose des mines dans le golfe de Gascogne 1 par la RAAF au nord des îles Féroé 3 aux États-Unis forces dans l'Atlantique Nord et Sud, y compris celle italienne

MAI 1943

Victoire des escortes - Les batailles de convois de mai 1943 ont été une victoire majeure. Les statistiques récapitulatives pour les batailles principales sont :

15 convois totalisant 622 navires marchands, protégés par sept groupes de convois B britanniques et cinq groupes de convois C canadiens, six groupes d'escorte britanniques et un américain, trois porte-avions d'escorte

Plus de 70 sous-marins allemands en mer 23 coulés

11 convois sont indemnes, quatre convois perdent 19 navires - un taux de perte de 3 pour cent

Sans les lourdes pertes de l'ONS5, le taux de perte était de 1%

Sans les sous-marins coulés dans les attaques sur OSN5, 16 sous-marins ont été perdus en échange de 6 navires marchands

Résumé des pertes mensuelles
- 40 navires britanniques, alliés et neutres de 204 000 tonnes dans l'Atlantique toutes causes confondues
- 37 sous-marins allemands et 1 italien. En plus de ceux perdus dans ou autour des combats de convois : 3 par la RAF dans l'Atlantique Nord 6 par la RAF et les patrouilles RAAF Golfe de Gascogne 4 par les forces américaines dans l'Atlantique Nord, au large de la Floride et du Brésil 2 par collision dans l'Atlantique Nord

DÉFENSE DU COMMERCE - Janvier 1942 à mai 1943

Total des pertes = 2 029 navires britanniques, alliés et neutres de 9 792 000 tonnes (576 000 tonnes par mois)


2 février 1943 - Histoire

Commanditez cette page pour 100 $ par an. Votre bannière ou annonce textuelle peut remplir l'espace ci-dessus.
Cliquez sur ici pour parrainer la page et comment réserver votre annonce.

Seconde Guerre mondiale, États-Unis - Chronologie de la bataille rapide 1942


Les États-Unis et la Seconde Guerre mondiale, 1942

Après l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, le président Roosevelt a commencé à mettre en place une nouvelle structure de commandement pour les forces américaines et à lancer des opérations contre les Japonais dans le théâtre du Pacifique tout en faisant des plans pour aider la Grande-Bretagne et les alliés en Afrique du Nord et en Europe. Un nouvel organe, le Joint Chiefs of Staff, a été formé par l'amiral William D. Leahy, sur le modèle du British Chiefs of Staff Committee avec une première réunion le 2 février 1942. Ils se joindraient à leurs homologues britanniques dans un accord établi au cours de la Conférence Arcadia dirigée par Winston Churchill et le président Roosevelt un mois auparavant. Une série de stratégies formées, il a été convenu d'envahir l'Afrique du Nord en 1942, d'envoyer des bombardiers américains en Angleterre et pour les Britanniques de renforcer leur présence dans le théâtre du Pacifique.

During the Arcadia Conference, the Declaration by United Nations was agreed to by twenty-six nations. It stated that the Allies would make no separate peace with the Axis enemies and that the war would be conducted fully until victory. This document would become the basis for the establishment of the United Nations in 1945.

January 1 to April 9, 1942 - Battle of Bataan, Philippines (Pacific Theater)
Troops: USA 120,000, including Philippine troops Japan 75,000.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): USA 30,000 killed, plus 75,000 captured Japan 19,000.
Japanese invade Philippines and battle Douglas MacArthur's U.S. force on the Bataan Peninsula in three month retreat. Eventual capture, which was the largest American capture since Harper's Ferry during the Civil War, results in Bataan Death March and loss of last Allied stronghold in Southeast Asia.

February 27, 1942 - Battle of the Java Sea, Dutch East Indies (Pacific Theater)
Troops: USA/UK/Netherlands/Australia 14 ships Japan 28 ships.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): USA/UK/Netherlands/Australia 2,300, plus 5 ships Japan 36.
Devastating defeat of Allied forces results in occupation by Japanese of entire Dutch East Indies, the fourth largest oil producing region in the world. It gave Japan a source for food supplies as well.

February 28 to March 12, 1942 - Battle of Java (Pacific Theater)
Troops: USA/UK/Netherlands/Australia 34,250, including 750 USA Japan 34,000.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 921 plus, additional 903 captured Japan NA.
Land battle for control of Java with split Japanese force results in formal surrender at Batang of Allied forces on March 12.

March 31 to April 10, 1942 - Indian Ocean Raid (Pacific Theater) Troops: USA/UK/Netherlands/Australia/Canada 110 ships, 7 submarines, 100 aircraft Japan 36 ships, 5 submarines, 350 aircraft. Casualties (Killed/Wounded/Missing): USA 31 ships, 40 aircraft Japan 20 plus aircraft. Naval raid by Imperial Japanese Navy near Ceylon inflicts heavy damage and partial retreat of Allied forces from Indian Ocean, but prevents, in part, any Japanese attempt to take the island at any time during the war.

April 18, 1942 - Doolitle Raid of Tokyo, Japan (Pacific Theater)
Troops: USA 80, 16 aircraft, 14 ships Japan NA.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 3, plus 8 captured, 15 aircraft Japan 450, 5 captured, 3 aircraft, 5 ships.
First air attack against Japanese homeland showed vulnerability and retaliation for Pearl Harbor. Little affect on the war, but large morale boost for USA forces.

May 5-6, 1942 - Battle of Corregidor, Philippines (Pacific Theater)
Troops: USA and Philippines 13,000 Japan 75,000.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): USA and Philippines 1,800, plus 1,100 captured Japan 2,100.
Successful attempt by Japanese to take Corregidor bastion which defended Manila Bay ended with Japan in full control of the Philippines and Southeast Asia, except for Australia.

May 4-8, 1942 - Battle for the Coral Sea (Pacific Theater)
Troops: USA/Australia 27 ships, 128 aircraft Japan 55 ships, 127 aircraft.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 656, plus 69 aircraft, 3 ships Japan 966, 92 aircraft, 5 ships.
Invasion of New Guinea and the Solomon Islands repelled after initial success in taking the Solomon Islands. Japanese retreat despite tactical victory and Allied success in naval battle bodes well for June Battle of Midway.

June 4-7, 1942 - Battle of Midway (Pacific Theater)
Troops: USA 26 ships, 16 submarines, 360 aircraft Japan 21 ships, 264 aircraft.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 307, plus 150 aircraft, 2 ships Japan 3,057, plus 37 captured, 248 aircraft, 5 ships.
Decisive American victory led by Admiral Nimitz against attacking fleet becomes the largest blow in naval warfare. Considered one of two major turning points in the War in the Pacific. Japanese losses would be difficult to replace while American industrial might was supplying war material at a much faster rate.

June 3 to August 15, 1943 - Aleutian Islands Campaign, Alaska Territory (Pacific Theater)
Troops: USA/Canada 144,000 Japan 8,500.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 5,537, plus 8 captured, 225 aircraft, 2 ships Japan 4,350, plus 28 captured, 16 ships.
Allied attacks to remove small Japanese force that had captured islands of Attu and Kiska in Alaska territory on June 6-7, 1942. Known as the "Forgotten Battle" due to its proximity to larger battles at Midway and Guadalcanal.

August 7, 1942 to February 9, 1943 - Battle of Guadalcanal, Solomon Islands (Pacific Theater)
Troops: USA/Australia/UK/New Zealand/Fiji/Solomon Islands/Tonga 60,000 Japan 36,200.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 14,889 killed, 4 captured, 29 ships, 615 aircraft Japan 19,200, 1,000 captured, 38 ships, over 683 aircraft.
First major Allied offensive against Imperial Japan takes forces by surprise, but is followed by three major land battles and seven major naval battles. Eventual Allied tactical victory with Japanese abandoning their attempt to retake Guadalcanal. With victory at Battle of Midway, this series of battles is considered the turning point of the Pacific War.

August 25 to September 7, 1942 - Battle of Milne Bay, New Guinea (Pacific Theater)
Troops: USA/Australia 8,824 Japan 1,943.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 387 (14 USA) Japan 936.
Japanese attacked the reinforced airfields of Milne Bay, encountering more forces, predominantly Autralian, than anticipated. Considered one of the first land victories by Allied forces in the Pacific, outcome allowed Milne Bay to become major base for American and other Allied forces in the Pacific for the duration of the war.

November 16, 1942 to January 22, 1943 - Battle of Buna Cona, Papua (Pacific Theater)
Troops: USA/Australia 20,000 Japan 11-12,000.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 14,291, including sick Japan 8,200 plus 250 captured.
Battle against the Japanese beachheads of Buna, Sanananda, and Cona in the New Guinea campaign when Allied air power effectively ended the ability of the Japanese to resupply the beachheads. Allied victory despite high rate of casualties, almost five times as many to malaria and other sickness than battle casualties.

November 8-16, 1942 - Operation Torch, French Morocco and French Algeria (North Africa Campaign)
Troops: USA/UK/Free France & other Allies 107,000, 850 ships Vichy France/Germany 125,000, 11 ships, 13 submarines, 500 aircraft.
Casualties (Killed/Wounded/Missing): Allies 1,220 Axis 3,343.
Anglo-American invasion of North Africa preferred by English instead of European invasion meant to dislodge Vichy French from Morocco and Algeria amid suspicion that Vichy French would not fight against former allies USA. Vichy French forces initially resist the invasion, but in the aftermath, most joined the Allies, taking control over French territory in North Africa instead of De Gualle's Free France coalition while USA forces moved on to attack Tunisia.

Full Text, Declaration by United Nations

Declaration by the United Nations, January 1, 1942

Contents - A Joint Declaration by the United States, the United Kingdom, the Union of Soviet Socialist Republics, China, Australia, Belgium, Canada, Costa Rica, Cuba, Czechoslovakia, Dominican Republic, El Salvador, Greece, Guatemala, Haiti, Honduras, India, Luxembourg, Netherlands, New Zealand, Nicaragua, Norway, Panama, Poland, South Africa, Yugoslavia.

The Governments signatory hereto, . Having subscribed to a common program of purposes and principles embodied in the Joint Declaration of the President of the United States of America and the Prime Minister of the United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland dated August 14, 1941, known as the Atlantic Charter.

Being convinced that complete victory over their enemies is essential to defend life, liberty, independence and religious freedom, and to preserve human rights and justice in their own lands as well as in other lands, and that they are now engaged in a common struggle against savage and brutal forces seeking to subjugate the world,

DECLARE: (1) Each Government pledges itself to employ its full resources, military or economic, against those members of the Tripartite Pact :and its adherents with which such government is at war.

(2) Each Government pledges itself to cooperate with the Governments signatory hereto and not to make a separate armistice or peace with the enemies.

The foregoing declaration may be adhered to by other nations which are, or which may be, rendering material assistance and contributions in the struggle for victory over Hitlerism.

Done at Washington, January First, 1942

Additional nations would join in signatory to the document over the next three years:

1942 - Mexico, Philippines, Ethiopia.
1943 - Iraq, Brazil, Bolivia, Iran, Colombia.
1944 - Liberia, France.
1945 - Ecuador, Peru, Chile, Paraguay, Venezuela, Uruguay, Turkey, Egypt, Saudi Arabia, Lebanon, Syria.

Note: Image above: Photo of U.S. Navy planes on deck of the USS Enterprise carrier preparing to take off for Battle of Midway, June 4, 1942. Courtesy National Archives via Wikipedia Commons, Official U.S. Navy photograph. Info source: Wikipedia Commons Avalon Project, Document in Law, History, and Diplomacy, Yale Law School.

History Photo Bomb


The battleships USS West Virginia and USS Tennesse after the Japanese attack on Pearl Harbor. Photo courtesy NARA.


Allied troops attacking the beaches of Normandy, France on June 6, 1944. Courtesy National Archives.


The Supreme commanders of the Allied Expeditionary Force at a meeting on February 1, 1944 in London. Back row: Lt. General Omar Bradley Admiral Sir Bernard H. Ramsey Air Chief Marshal Sir Trafford Leigh-Mallory Lt. General Walter Bedell Smith. Front row: Air Chief Marshal Sir Arthur W. Tedder General Dwight D. Eisenhower General Sir Bernard Montgomery. Courtesy Imperial War Museum/Wikipedia Commons.

Sur

America's Best History where we take a look at the timeline of American History and the historic sites and national parks that hold that history within their lands.

Photos courtesy of the Library of Congress, National Archives, National Park Service, americasbesthistory.com and its licensors.

Suivez-nous

Like Us

If you like us, share this page on Twitter, Facebook, or any of your other favorite social media sites.


Records of U.S. theaters of War, World War II

In 2001 NARA began a project to reallocate many military records from the World War II era into new record groups, organized around the major army commands. The project was completed in 2003. As a result of the project, Record Group 332 was canceled and its records were reallocated into other record groups. This chapter has been annotated to identify the new record group designations for the reallocated records.

Table des matières

    Administrative History
    Records of Headquarters European Theater of Operations U.S. Army (HQ ETOUSA) and its Successor, Headquarters U.S. Forces European Theater (HQ USFET) 1939-48 (bulk 1942-47)
      Records of headquarters organizations
      Records of Headquarters MIS-X (Military Intelligence Service, Escape and Evasion Section) Detachment
      Other records

    332.1 Administrative History

    Related Records: Records of Naval Operating Forces, RG 313.
    Records of Allied Operational and Occupation Headquarters, World War II, RG 331.
    Records of U.S. Army Operational, Tactical, and Support Organizations (World War II and Thereafter), RG 338.
    Records of U.S. Air Force Commands, Activities, and Organizations, RG 342.
    Records of U.S. Army Forces in the China-Burma-India Theaters of Operations, RG 493.

    332.2 Records of Headquarters European Theater of Operations U.S.
    Army (HQ ETOUSA) and its Successor, Headquarters U.S. Forces
    European Theater (HQ USFET)
    1939-48 (bulk 1942-47)

    Histoire: HQ ETOUSA established in London by General Order 3, HQ ETOUSA, June 8, 1942, succeeding Headquarters U.S. Army in the British Isles (HQ USABI), established in London by General Order 1, HQ USABI, January 8, 1942. Until establishment of Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF SEE RG 331), February 13, 1944, HQ ETOUSA participated in operational planning for Allied invasion of western Europe. Performed administrative and service functions for U.S. Army troops, equipment, and facilities in United Kingdom and Iceland, 1942-45 North Africa, November 1942-February 1943 and western Europe, June 6, 1944- July 1, 1945. Moved from London to Valognes, France, September 1, 1944 and to Paris, September 14, 1944. Redesignated HQ USFET, with main headquarters at Frankfurt, Germany, and rear headquarters at Paris, effective July 1, 1945, by General Order 130, HQ ETOUSA, June 20, 1945. HQ USFET redesignated Headquarters European Command (HQ EUCOM), effective March 15, 1947, by General Order 48, HQ USFET, March 10, 1947.

    332.2.1 Records of headquarters organizations

    Textual Records (reallocated to RG 498): Administrative file of the Historical Division, ETOUSA/USFET, 1942-46, containing summary historical reports on ETOUSA/USFET headquarters organizations and subordinate commands. Subject file of the Office of the Chief Surgeon, HQ ETOUSA, 1942- 45. Subject file of the Office of the Chief of Transportation, HQ ETOUSA/USFET, 1942-46.

    332.2.2 Records of Headquarters MIS-X (Military Intelligence
    Service, Escape and Evasion Section) Detachment

    Histoire: Headquarters 6801st MIS-X Detachment established at Le Vesinet, France, effective May 2, 1945, by General Order 36, Headquarters Military Intelligence Service (HQ MIS) ETOUSA, May 6, 1945. Responsible for compiling information, for reward purposes, on civilians in the formerly occupied areas of western Europe who had assisted downed Allied airmen in escaping and evading the enemy. Redesignated 7709th MIS-X Detachment, effective November 1, 1946, by letter of HQ USFET, October 17, 1946. Abolished, effective January 31, 1947, by HQ USFET radio message CM-IN 251, February 1, 1947.

    Textual Records (reallocated to RG 498): Case files on French, Dutch, and Belgian civilians ("Helpers' Files"), 1945-47 (272 ft.), with index.

    332.2.3 Other records

    Textual Records (reallocated to RG 498): British Intelligence Objectives Subcommittee (BIOS) technical and intelligence reports, 1939-48.

    Maps and Charts (847 items)(reallocated to RG 498): Normandy landing beaches and defenses (including the Maginot Line), transportation routes, topography, river crossings, military situations, and administrative boundaries, primarily in France, the Low Countries, and Germany, 1943-45.

    Photographic Prints (2,900 images)(reallocated to RG 498): Compiled by the American Graves Registration Command, European Theater (a USFET subordinate command), containing views of U.S. military cemeteries in the Azores, Belgium, England, Northern Ireland, France, the Netherlands, and Luxembourg (including scenes of Gen. George S. Patton's interment at the U.S. military cemetery in Hamm, following his death on December 21, 1945), in albums, 1944- 45 (MC).

    332.3 Records of U.S. Army Organizations in Pacific Theaters
    1941-48

    Textual Records (reallocated to RG 554): General decimal file of Headquarters U.S. Army Forces in the Far East (Philippines, 1941-42 Australia, 1943- 44), 1941-44. Records of the Historical Section of the Intelligence Division (G-2) of Headquarters United States Army Forces in Korea (USAFIK, also designated XXIV Army Corps), 1945- 48, documenting U.S. occupation activities in southern Korea.

    Posters (4 items) (reallocated to RG 554): Produced by the Office of Civil Information, USAFIK, to publicize the Korean election of 1948, 1947-48 (332-P).

    332.4 Records of U.S. Army Organizations in Mediterranean and
    Middle Eastern Theaters
    1943-44

    Textual Records (reallocated to RG 492): Inventories of records of Headquarters Mediterranean Theater of Operations U.S. Army (HQ MTOUSA) and subordinate commands, n.d.

    Maps (8 items)(reallocated to RG 497): Of Persian Gulf Command (equivalent, 1944-45, to a theater of operations), showing troop dispositions in Iran plan of a U.S. military base at Khorramshahr, Iran and highway construction camp locations from Khorramshahr to Kazvin, Iran, 1943-44.

    Bibliographic note: Web version based on Guide to Federal Records in the National Archives of the United States. Compiled by Robert B. Matchette et al. Washington, DC: National Archives and Records Administration, 1995.
    3 volumes, 2428 pages.

    This Web version is updated from time to time to include records processed since 1995.


    Voir la vidéo: Военный хф 1944 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Pessach

    C'est une excellente option

  2. Tazil

    Cette magnifique phrase juste gravée

  3. Avonaco

    A mon avis, tu fais une erreur. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  4. Cheops

    Un sujet inégalé, je suis très intéressé :)



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos