Nouveau

Torbert Macdonald

Torbert Macdonald


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Torbert Hart Macdonald est né à Everett, dans le comté de Middlesex, dans le Massachusetts, le 6 juin 1917. Il a rencontré John F. Kennedy à l'Université Harvard et cela est devenu une amitié pour la vie.

Macdonald a servi dans la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que commandant de bateau PT dans le Pacifique (1942-44) et a reçu le Silver Star Combat Award.

Après la guerre, il travailla comme avocat à Boston. Membre du Parti démocrate, il a été membre du National Labor Relations Board pour la région de la Nouvelle-Angleterre (1948-1952). Il a également été délégué à la Convention nationale démocrate en 1960, 1964 et 1968. Il a également représenté le Massachusetts, 1955-76 (8th District 1955-63, 7th District 1963-76).

Torbert Hart Macdonald est décédé à Bethesda le 21 mai 1976.

Le dernier joueur de la saga Diem à l'automne 1963 était Torbert Macdonald, le colocataire de Jack Kennedy à l'université et l'un de ses amis les plus proches. Macdonald, membre du Congrès du Massachusetts, est décédé en 1976; il est l'un de ces hommes mystérieux qui ont joué un rôle majeur dans la vie de Kennedy et dont on peut très peu apprendre. Il n'a pas été mentionné dans les mémoires d'Arthur Schlesinger et n'a été mentionné que par hasard par Ted Sorensen. L'entrevue orale de Macdonald avec la bibliothèque Kennedy était à l'origine scellée; à son ouverture en 1995, il s'est avéré inoffensif. Ses papiers rassemblés de ses dix mandats au Congrès ne disent rien sur sa relation avec Jack Kennedy. Bobby Kennedy, dans son histoire orale pour la bibliothèque Kennedy, n'a pas mentionné Macdonald.

Ce que l'on a pu apprendre lors du reportage pour ce livre, c'est que Macdonald était l'un des amis de Jack Kennedy - un habitué des soirées piscine de la Maison Blanche l'après-midi et un partenaire de nombreuses escapades de Kennedy, en particulier à Hollywood. On lui faisait confiance, une confiance qu'il a validée après l'assassinat de Kennedy. Macdonald est resté au Congrès jusqu'à sa mort - il est devenu un législateur de plus en plus efficace - et il n'a jamais parlé. Joe Croken, un politicien de Boston qui a longtemps travaillé comme assistant administratif de Macdonald, m'a dit dans une interview de 1997 pour ce livre qu'il y avait beaucoup de secrets entre Macdonald et Jack Kennedy - "certaines choses dont ils n'ont parlé à personne".

Quatre jours seulement après son arrivée à Palm Beach pour se reposer, et huit jours après les élections, M. Kennedy était parti pour le LBJ Ranch. Peut-être pour un soutien moral, il a emmené avec lui son invité et ancien colocataire de Harvard, le membre du Congrès Torbert Macdonald. Quand ils revinrent le lendemain soir, tous deux étaient épuisés. « Nous vous informerons demain », a déclaré Torb, « mais pour le moment, nous avons besoin de dormir. »


Journée des anciens combattants : Célébration des anciens combattants de la collection de la famille Kennedy Nitrate Negatives

"Aujourd'hui, nous sommes ici pour célébrer, honorer et commémorer les morts et les vivants, les jeunes hommes qui, dans chaque guerre depuis le début de ce pays, ont témoigné de leur loyauté envers leur pays et de leur grand courage." #8212 Président John F. Kennedy, 11 novembre 1961

La première commémoration de ce qui est maintenant la Journée des anciens combattants a eu lieu le 11 novembre 1919, lorsque le président Woodrow Wilson a institué un jour férié appelé Jour de l'armistice pour se souvenir de ceux qui ont perdu la vie lors de la Première Guerre mondiale, une guerre qui s'est terminée le 11 novembre de l'année précédente. Après les guerres qui ont suivi en Europe et en Corée, le Congrès a changé le nom de la fête en Journée des anciens combattants afin d'honorer tous les anciens combattants, pas seulement ceux qui ont été tués pendant la « Grande Guerre ».

Le service militaire était une partie importante de l'héritage de la famille Kennedy. Le futur président et son frère aîné, Joseph P. Kennedy, Jr., ont été décorés lieutenants dans la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, et nombre de leurs amis ont également servi. La bibliothèque présidentielle John F. Kennedy souhaite commémorer cette Journée des anciens combattants en partageant des photographies de la collection de la famille Kennedy qui présentent le président, son frère et certains de leurs collègues militaires. Ces images, numérisées à partir de négatifs au nitrate de la collection, donnent un aperçu de la vie de ces hommes au cours de leur carrière militaire, à la fois en tenue militaire et en tenue décontractée, à la fois dans des poses plus formelles et lors de rassemblements sociaux. Ils révèlent l'humanité quotidienne des hommes qui ont servi leur pays, dont certains ont fait le sacrifice ultime.

KFC2719N. William John Robert Cavendish, marquis de Hartington, à Scarborough, North Yorkshire, Angleterre. Avril 1944 © Fondation de la bibliothèque John F. Kennedy

Major William John Robert Cavendish, marquis de Hartington (1917-1944) , a servi dans le régiment Coldstream Guards de l'armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 9 septembre 1944, il est tué au combat par un tireur embusqué en Belgique alors que son bataillon, le 5e de la Guards Armored Division, tente de libérer la ville de Heppen. Il est mort quatre mois après avoir épousé Kathleen Kennedy.

Lieutenant William Caldwell Coleman, Jr. (1918-1945) , a servi dans la Réserve navale des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. En septembre 1941, Coleman est devenu membre de l'école des aspirants à bord du USS Prairie State. Quelques années plus tard, il a été tué lors d'un vol d'entraînement au combat de routine au large de Melbourne, en Floride, le 24 janvier 1945.

Lieutenant Paul Burgess Fay, Jr. (1918-2009) , a servi dans la Réserve navale des États-Unis dans le Pacifique Sud pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été directeur général du PT-174 et plus tard capitaine du PT-167, basé aux Îles Salomon. Fay a reçu une étoile de bronze pour ses actions lorsque le bateau auquel il était affecté a été désactivé par une torpille larguée d'un avion japonais. Fay a ensuite été sous-secrétaire, puis secrétaire par intérim de la Marine, pendant l'administration du président John F. Kennedy. Il est décédé à son domicile de Woodside, en Californie, le 23 septembre 2009.

Lieutenant John F. Kennedy (1917-1963) servi dans la Réserve navale des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été affecté en tant que commandant d'un torpilleur de patrouille, le PT-109, dans le Pacifique Sud. Le 2 août 1943, le PT-109 entre en collision avec un destroyer japonais. Les actions de Kennedy pour sauver son équipage survivant après le naufrage du bateau lui ont valu la médaille de la Marine et du Corps des Marines. Il a également reçu le Purple Heart pour les blessures subies dans la collision. Kennedy a été le 35e président des États-Unis du 20 janvier 1961 jusqu'à son assassinat à Dallas, au Texas, le 22 novembre 1963.

KFC1782N. Joseph P. Kennedy, Jr., à Washington, D.C. Vers novembre 1941-juin 1942 © John F. Kennedy Library Foundation

Lieutenant Joseph P. Kennedy, Jr. (1915-1944) , a servi comme pilote dans la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Reçu ses ailes en mai 1942, il effectua des patrouilles dans les Caraïbes et en septembre 1943 fut envoyé en Angleterre avec le premier escadron naval à piloter des B-24 avec le British Naval Command. Il mourut un an plus tard lorsque son avion explosa lors d'une dangereuse mission secrète en Europe, le 12 août 1944. Kennedy reçut à titre posthume la Navy Cross et l'Air Medal et en 1946 un destroyer, l'USS Joseph P. Kennedy Jr., fut lancé aux chantiers navals de Fore River comme le dernier hommage de la Marine à son service.

Lieutenant Tom Killefer (1917-1996) a servi comme pilote dans la marine des États-Unis avec des escadrons de porte-avions et de chasse terrestres dans le Pacifique Sud-Ouest et les théâtres européens, pendant la Seconde Guerre mondiale. Killefer a reçu la Distinguished Flying Cross et la Navy Air Medal pour son héroïsme et ses réalisations extraordinaires dans le vol de combat contre les forces japonaises, et a obtenu le Purple Heart pour les blessures reçues au combat. Il est décédé à son domicile de Portola Valley, en Californie, le 16 juin 1996.

KFC1686N. Demarest Lloyd, Jr., à Hyannis Port, Massachusetts. Août-septembre 1941 © Fondation de la bibliothèque John F. Kennedy

Lieutenant Demarest Lloyd, Jr. (1919-1944) , a servi dans la Réserve navale des États-Unis dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été tué au combat le 12 juin 1944 et a reçu à titre posthume la Purple Heart Medal et la Air Medal avec 6 étoiles d'or. Le nom de Lloyd est commémoré dans les tribunaux des disparus au Honolulu Memorial, Honolulu, Hawaï.

Lieutenant Torbert Hart Macdonald (1917-1976) a servi dans la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, en tant que commandant de bateau PT dans le Pacifique Sud-Ouest de 1942 à 1944. Il a reçu le Silver Star Combat Award et la Presidential Citation. Macdonald est devenu plus tard un membre démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis, au service de l'État du Massachusetts de 1955 jusqu'à sa mort en 1976. Il est décédé à Bethesda, Maryland, le 21 mai 1976.

KFC1733N. George Houk Mead, Jr., à Washington, D.C. Vers novembre 1941-juin 1942 © John F. Kennedy Library Foundation

Lieutenant George Houk Mead, Jr. (1917-1942) , a servi dans le Corps des Marines des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été appelé au service actif le 1er novembre 1941 et a été tué au combat contre les troupes japonaises à Guadalcanal dans les îles Salomon, le 19 août 1942. Mead a reçu à titre posthume la Navy Cross, pour héroïsme et service distingué en tant que directeur général de la compagnie L, Troisième Bataillon, Cinquième Marines, Première Division de Marines.

KFC1815N. Charles Alfred Pillsbury à Washington, D.C. Vers novembre 1941 juin 1942 © John F. Kennedy Library Foundation

Lieutenant Charles Alfred Pillsbury (1917-1943) a servi comme pilote dans les réserves de la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. L'avion qu'il pilotait le 21 novembre 1943 a disparu près de Bougainville, aux Îles Salomon, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Pillsbury a été déclaré disparu au combat et plus tard officiellement déclaré mort le 8 février 1946, sa date de décès étant le 21 novembre 1943. L'épave de son avion a été découverte à la plage de Kangu sur l'île de Bougainville le 4 septembre 1968.

Sous-lieutenant Morgan O’Brien Preston (1918-1944) servi dans l'infanterie de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a été déployé en Méditerranée en janvier 1944. Preston est décédé alors qu'il dirigeait une patrouille de combat près de Valmontone, en Italie, le 2 juin 1944.

KFC1655N. Stanley Rogers Resor au lac Minnetonka, Minnesota. Du 3 au 6 juillet 1941 © John F. Kennedy Library Foundation

Officier Stanley Rogers Resor (1917-2012) servi dans l'armée des États-Unis sur le théâtre européen pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a combattu dans la bataille des Ardennes et a été blessé au siège de Bastogne, en Belgique. Resor a reçu la Silver Star, la Bronze Star et la Purple Heart, pour ses services. Resor a ensuite été secrétaire de l'armée des États-Unis de 1965 à 1971. Il est décédé à Washington, DC, le 17 avril 2012.

Commandant Benjamin Atwood Smith II (1916-1991) servi dans la marine des États-Unis dans le Pacifique en tant que commandant d'un navire anti-sous-marin et anti-torpille, pendant la Seconde Guerre mondiale. Smith est devenu plus tard un homme politique, servant l'État du Massachusetts en tant que sénateur des États-Unis de 1960 à 1962. Il est décédé à Gloucester, Massachusetts, le 26 septembre 1991.


Histoire

Le chapitre Capitol Hill a été officiellement constitué le 16 janvier 1963, en réponse à la reconnaissance par les membres du chapitre DC de la nécessité d'un chapitre pour répondre aux exigences particulières des avocats de Capitol Hill. Six ans plus tôt, en 1957, une section de Capitol Hill du chapitre DC avait été créée pour reconnaître les différentes fonctions exercées par l'avocat législatif et l'avocat du pouvoir exécutif. Le premier président de section était le membre du Congrès Torbert Macdonald (D-MA). L'ancien membre du Congrès William Hungate (D-MO), qui a ensuite été juge fédéral, a été président de chapitre ultérieur.

La section originale de Capitol Hill énumérait un effectif d'environ 40 avocats. Aujourd'hui, le chapitre compte environ 180 membres. À sa création en 1963, le chapitre avait un conseil d'administration de 14 personnes qui comprenait des représentants de la Chambre des représentants, du Sénat et de la Bibliothèque du Congrès, puis les organisations constituant le chapitre. En 1972, le Comité exécutif national de la FBA a ajouté la Cour suprême à la compétence du chapitre, et les juges de la Cour ont été nommés membres honoraires du chapitre. Le General Accounting Office (maintenant Government Accountability Office) est devenu une composante du chapitre peu de temps après, suivi par le Government Printing Office. La constitution de la section a été modifiée en 1996 pour ajouter au conseil d'administration de la section une unité composée du Bureau administratif des tribunaux des États-Unis, du Centre judiciaire fédéral, de la Commission de détermination de la peine des États-Unis et du Panel judiciaire sur les litiges multidistricts. La constitution du chapitre a de nouveau été modifiée en 2013 pour permettre aux avocats travaillant pour la Cour d'appel des États-Unis pour le circuit DC, la Cour des réclamations fédérales des États-Unis, l'architecte du Capitole, le Congressional Budget Office et la police du Capitole de rejoindre le Conseil du chapitre. en tant que membres votants.

Le chapitre de Capitol Hill est connu pour le nombre relativement élevé d'officiers et de membres de chapitre qui ont assumé un poste national au sein de la FBA. Marian Herring, en 1973, a été la première femme présidente du chapitre.

Section Capitol Hill du chapitre DC, Federal Bar Association, créée en 1957

1957-59 Torbert H. Macdonald (D-MA)
1959-60 James E. Palmer
1960-61 Cyril F. Brickfield
1961-62 Edward McCue III

Capitol Hill Chapter, Federal Bar Association, créé le 16 janvier 1963

1962-63 Thomas P. Kerester
1963-64 Erwin Krasnow
1964-65 Vincent A. Doyle
1965-66 Francis Rosenberger
1966-67 Frank R. Hammill, Jr.
1967-68 George Pavlic
1968-69 Justinus Gould
1969-70 Waldo Moore
1970-71 William Hungate (D-MO)
1971-72 John J. Kominski
1972-73 James A. Lanigan
1973-74 Hareng marial
1974-75 Herbert L. Spira
1975-76 Lee McElvain
1976-77 Joseph E. Ross
1977-78 Paul G. Dembling
1978-79 William P. Shattuck
1979-80 Paul S. Wallace
1980-81 Charles O. Campbell
1981-82 Mary Ann Gilleece
1982-83 Robert E. Feidler
1983-84 Patrice A. Lyon
1984-85 Charles L. Browne, III
1985-86 Janice E. Rubin
1986-87 Raphaël Perl
1987-88 Kenneth E. Swab
1988-89 Francis J. Lorson
1989-90 Elaine L. Sierra
1990-91 Robert A. Lincoln
1991-92 Jackie A. Goff
1992-93 Herbert I. Dunn
1993-94 Ralph Oman
1994-95 Gregory A. Scott
1995-96 Craig Winslow
1996-97 Craig Winslow
1997-98 Anthony J. Zagami
1998-99 Mélanie Gilbert
1999-00 Adam Vodraska
2000-01 Mélissa Mueller
2001-02 Bruce Kasold
2002-03 William K. Van Horne
2003-04 Diane Loup
2004-05 James G. Scott
2005-06 Warren Burke
2006-07 Susan Sawtelle
2007-08 Adam Bramwell
2008-09 Paul Vamvas
2009-10 Halstead
2010-11 Anthony Ogden
2011-12 Matthieu McGhie
2012-13 Elizabeth Pugh
2013-14 Amy Bowser
2014-15 Jeff McDermott
2015-17 Geoff Cheshire

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE

Association du Barreau fédéral
PRIX DU BULLETIN MÉRITOIRE (Capitol Assets)

Association du Barreau fédéral

RECONNAISSANCE SPÉCIALE POUR LA COLLABORATION AU PROGRAMME DE LA SECTION/DIVISION FBA et du PROGRAMME (Chapitre Capitol Hill/Section du droit pénal/Section des ressources environnementales et naturelles/Section du droit international)

Conférence internationale de rédaction législative

2012
Association du Barreau fédéral
PRIX DE RÉUSSITE PRÉSIDENTIELLE DE L'ACTIVITÉ DU CHAPITRE

Association du Barreau fédéral
PRIX DU BULLETIN MÉRITOIRE (Capitol Assets)

2011
Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE

2010
Association du Barreau fédéral
PRIX DE LA CITATION PRESIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance de « Un déjeuner avec le juge Sotomayor ».

2009
Association du Barreau fédéral
PRIX DE RECONNAISSANCE DE LA NEWSLETTER EXCEPTIONNEL

Association du Barreau fédéral
PRIX DE LA CITATION PRESIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance de « A Luncheon with Sam Donaldson, ABC News Correspondent ».

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance de « la page Facebook du chapitre FBA Capitol Hill ».

2007
Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance des activités accomplies du chapitre Capitol Hill dans les domaines de l'administration, de l'adhésion, de la sensibilisation et de la programmation

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du programme sur « Comment Capitol Hill fonctionne vraiment : le processus de rédaction législative ».

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner avec Joan Winship, directrice exécutive, et Anne Goldstein, directrice de l'éducation aux droits de la personne, Association internationale des femmes juges.

2006
Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance des activités accomplies du chapitre Capitol Hill dans les domaines de l'administration, de l'adhésion, de la sensibilisation et de la programmation

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner annuel à la Cour suprême des États-Unis.

2005
Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DE CHAPITRE PRIX D'EXCELLENCE PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance des activités accomplies du chapitre Capitol Hill dans les domaines de l'administration, de l'adhésion, de la sensibilisation et de la programmation

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner avec le directeur Leonidas Ralph Mecham, Bureau administratif des tribunaux.

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner annuel à la Cour suprême des États-Unis.

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner avec l'hon. David Walker, contrôleur général des États-Unis.

2004
Association du Barreau fédéral
PRIX DE RÉUSSITE PRÉSIDENTIELLE DE L'ACTIVITÉ DU CHAPITRE
Présenté en reconnaissance des activités accomplies du chapitre Capitol Hill dans les domaines de l'administration, de la sensibilisation des membres et de la programmation

Association du Barreau fédéral
ACTIVITÉ DU CHAPITRE PRIX DE CITATION PRÉSIDENTIELLE
Présenté en reconnaissance du déjeuner avec traiteur avec le juge Antonin Scalia, Cour suprême des États-Unis


Le clan Donald est un clan désormais mondial avec des racines anciennes dans les Highlands et les îles de l'ouest d'Écosse et dans le comté d'Antrim en Irlande du Nord. Dans les années 1100, le guerrier Somerled assura la domination sur les îles de l'Ouest pour le clan Donald. Un siècle plus tard, leurs terres se sont agrandies lorsque Robert the Bruce a accordé au clan Donald plus de territoire sur le continent, notamment Lochaber et Glencoe. Dans les années 1330, son territoire s'étendrait encore à Skye et Lewis.

Montagnes de North Harris dans les Western Isles. Photo de Derek Voller / CC BY-SA 2.0


Se souvenir du côté obscur de la course à l'espace

Nasa commémore le 50 e anniversaire de l'alunissage d'Apollo ce mois-ci avec une liste complète d'activités au Centre spatial Kennedy en Floride et dans tout le pays. La mission lunaire a été un moment de fierté dans l'histoire américaine, un moment qui a rempli le monde d'admiration lorsque les premières images des astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchant sur la surface de la lune ont été renvoyées sur Terre. Mais les décennies qui ont précédé ce moment ont été marquées par les tensions politiques et culturelles de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre froide. Dans son nouveau livre, Escape from Earth: Une histoire secrète de la fusée spatiale, Fraser MacDonald rappelle aux lecteurs les aspects obscurs de la course à l'espace, notamment le mensonge et l'espionnage, qui ont ruiné certaines carrières tout en en lançant d'autres. MacDonald, maître de conférences à l'Université d'Édimbourg, a rejoint le Émission de radio [email protected] sur SiriusXM pour parler de son livre. (Écoutez le podcast en haut de cette page.)

Une transcription éditée de la conversation suit.

[email protected] : Pouvez-vous nous parler de votre livre ?

Fraser MacDonald : Mon livre traite en partie des aspects sombres de l'exploration spatiale, mais aussi de choses que les gens ont tendance à ignorer. À l'approche de l'anniversaire d'Apollo, nous étions conscients de l'incroyable réussite humaine d'aller sur la lune, et de nombreuses personnes sont conscientes de l'héritage de cette réalisation. Une grande partie est attribuée au célèbre ingénieur allemand Wernher von Braun.

Ce que fait mon livre, c'est découvrir l'histoire précédente qui a été un peu oubliée mais aussi légèrement refoulée, car c'est en fait une histoire assez difficile à connaître. Avant que l'Amérique ne mette la main sur les ingénieurs allemands qui ont emmené Apollo sur la Lune, l'Amérique avait son propre programme spatial à Cal Tech. Le problème est que beaucoup de ces ingénieurs avaient rejoint le Parti communiste. C'est vraiment l'objet de mon livre, découvrir l'histoire délicate et légèrement difficile d'un groupe d'étudiants diplômés de gauche qui ont lancé le premier programme spatial américain, mais qui ont été exclus de l'histoire à cause de leur politique.

[email protected] : C'était pendant la guerre froide et le maccarthysme, ce qui devait être un facteur d'influence dans l'oubli de ces ingénieurs.

« Il y a cet étrange paradoxe que la guerre froide est beaucoup plus complexe que nous ne le pensons. »

MacDonald : Droit. Beaucoup d'ingénieurs dont je parle, y compris le personnage principal de mon livre, un ingénieur vraiment intelligent et doué du nom de Frank Malina qui a fondé le Jet Propulsion Laboratory, tous ces gens ont été pris dans le maccarthysme. Mais leur histoire précède cela. Cela va sembler ridicule, mais ils ont vraiment rejoint le Parti communiste avant que ce ne soit controversé. Ils ont adhéré en 1938, et ils ont adhéré pour combattre le fascisme à l'étranger.

Beaucoup de ces ingénieurs étaient juifs, profondément préoccupés par ce qui se passait en Europe. Ils voulaient aussi un changement radical à la maison. Pour donner un exemple de cela, ils ont fait campagne contre la ségrégation raciale dans leur piscine locale. C'est à Pasadena et à Los Angeles, où la piscine a eu une session réservée aux Noirs un mercredi après-midi, après quoi la piscine a été vidangée et nettoyée pour que les Blancs reviennent jeudi matin. Ils ont juste trouvé cela tout à fait odieux. Ils voyaient le Parti communiste à l'époque comme un véhicule pour un vrai changement, et c'est pourquoi ils y ont adhéré. Bien sûr, plus tard dans l'ère McCarthy, tout cela les a rattrapés.

[email protected] : Certaines de vos recherches provenaient-elles de fichiers du FBI qui avaient été verrouillés ?

MacDonald : J'ai d'abord mis la main sur le dossier du FBI pour Frank Malina, et j'ai réalisé qu'il n'y avait que des centaines et des centaines et des centaines de pages de transcriptions téléphoniques et de témoignages d'informateurs. J'ai juste cligné des yeux sur certaines des allégations contenues dans ce dossier du FBI. Non seulement il était un membre présumé du Parti communiste, mais il a été accusé d'espionnage. Une partie de ma chasse dans ce livre essaie de comprendre le contexte, car je conclus qu'il n'y avait pas vraiment de bonnes preuves contre lui.

Sa politique n'était pas particulièrement controversée à l'époque, c'est juste que plus tard, pendant l'ère McCarthy, elles sont devenues beaucoup plus préoccupantes pour le FBI. Mais oui, beaucoup de mes archives étaient basées sur la tentative de déclassification des dossiers de beaucoup de ces étudiants diplômés de gauche.

[email protected] : Parlez-nous de Frank Malina, qui a quitté l'ingénierie et est devenu peintre.

MacDonald : C'est une histoire tellement inhabituelle. Je le vois comme l'ingénieur le plus important dont vous n'avez probablement jamais entendu parler. Il est la première personne aux États-Unis à réussir la fusée. Dans la mesure où les gens connaissent l'histoire de l'exploration spatiale, ils en savent peut-être un peu sur von Braun, ils connaissent peut-être Robert Goddard, qui a été l'un des premiers expérimentateurs de la propulsion liquide. Mais Goddard n'a pas réussi. C'était un pionnier, il a fait d'importantes expériences, mais il n'a jamais fait planer une fusée.

C'était Malina — il était la première personne à gérer ça aux États-Unis. Non seulement il le fait avec sa fusée appelée le WAC Corporal, mais il fonde ensuite le Jet Propulsion Laboratory, qui compte encore aujourd'hui parmi les institutions les plus importantes pour l'exploration interplanétaire.

[email protected] High School

Malina était une étudiante tout à fait ordinaire. Il était intelligent, mais il était aussi déterminé. Il avait une certaine ténacité. Il était originaire du Texas mais d'origine tchèque. Et oui, il a eu cette étrange carrière où il a eu un succès incroyable dans les fusées, pour ensuite quitter les États-Unis à la hâte alors que les choses devenaient un peu chaudes politiquement. Mais aussi parce qu'il se sentait désillusionné par le fait que la fusée même qu'il avait créée était susceptible de devenir un véhicule pour le premier missile nucléaire au monde. Il était sur le point de devenir une arme, et il voulait travailler pour la paix. Il a travaillé pour l'UNESCO, puis finalement il est devenu peintre.

[email protected] : Parlez-nous de Jack Parsons, qui était un ami de Malina et une personne unique également.

MacDonald : C'est un peu un euphémisme. Il y a cette grande série télévisée sur CBS en ce moment qui s'appelle Ange étrange, qui est tout au sujet de Parsons. Il est assez décalé. Il n'est pas ingénieur. Il n'est pas d'une grande éducation. C'est un chimiste autodidacte, mais aussi un occultiste. C'est un expert en explosifs qui est aussi profondément dans les pratiques occultes et les connaissances d'un magicien anglais appelé Aleister Crowley. À Pasadena, il fait partie de ce groupe occulte clandestin qui utilise la magie sexuelle rituelle dans le cadre de sa pratique religieuse. Mais il y a aussi un sens dans lequel Parsons utilise en fait une partie de cette magie comme prélude aux tests de fusées, ce qui est inhabituel en ingénierie.

Il y a beaucoup d'écrits sur Parsons. Son histoire est bien connue, c'est juste que pour la plupart c'est faux. Il a tendance à être interprété comme ce héros sexuel charismatique. En fait, c'est un personnage vraiment beaucoup plus sombre, en plus d'être un informateur du FBI qui a toujours informé son ami, Frank Malina.

« L'idée de la science des fusées dans les années 1930 était ridicule. C'était pour les fous, les fantasmes et les charlatans.

[email protected] : Revenons un peu en arrière. Vous avez mentionné qu'il existe un lien entre le parti nazi et le Jet Propulsion Lab. Peux-tu expliquer?

MacDonald : Il n'y a pas de lien exact entre les nazis et le JPL, mais plutôt le lien est plus extraordinaire que celui, qui se situe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Américains ont réalisé l'étendue du programme de fusées V2 d'Hitler. Le V2 était une fusée qu'Hitler tenait à faire construire par Wernher von Braun, et il a fait pleuvoir la terreur sur Londres et Anvers au cours de la dernière année de la guerre. Parce que c'était une telle arme de terreur, tout le problème avec le V2 était que vous ne pouviez pas l'entendre venir. C'était supersonique. C'était juste la mort de l'inconnu.

Les États-Unis, sans surprise, étaient vraiment désireux de mettre la main sur ce type de technologie. Ainsi, ils viennent d'emmener 1 600 ingénieurs d'Allemagne aux États-Unis sous les auspices d'une opération appelée Opération Paperclip. Beaucoup de ces ingénieurs étaient des membres du parti nazi, ils étaient des membres SS. Von Braun était membre à la fois du parti nazi et des SS. C'est cette souche d'ingénierie qui est extrêmement importante dans le développement ultérieur du programme Apollo. Parfois, c'est reconnu, mais je pense que ce n'est pas assez reconnu. Et ce qui est vraiment fou, c'est qu'aucun de ces bagages politiques n'a retenu Wernher von Braun. Il est toujours célébré en tant que créateur, et un mouvement porte son nom.

Mais il y avait l'autre type de bagage politique que portait Malina. C'est-à-dire qu'il a rejoint le Parti communiste pour lutter contre la ségrégation raciale, ce qui signifiait qu'il était absolument persona non grata. Il était vraiment dans le froid et a été en grande partie écrit hors de l'histoire de l'exploration spatiale américaine, et ce n'est pas idéal.

[email protected] : Quel a été le rôle de la Chine dans tout cela ?

MacDonald : Il y a un autre de ces liens inattendus que j'ai d'abord pensé: "Oh, peut-être qu'il y a quelque chose là-bas", puis il s'est avéré être énorme. L'un des collègues de Malina à Cal Tech est un autre étudiant en ingénierie très intelligent nommé Hsue-Shen Tsien de Chine. Il vient travailler avec le superviseur de Malina, Theodore von Karman.

Theodore van Karman est l'un des grands ingénieurs aéronautiques. Il nous donne les lignes en flèche de l'avion à réaction moderne. Tsien, le lanceur de fusée chinois, était proche de Malina et a beaucoup aidé dans les aspects plus théoriques, les aspects mathématiques de la conception des premières fusées. Comme Malina, il a eu beaucoup de succès et a rapidement gravi les échelons de Cal Tech.

Mais une fois que Malina a quitté les États-Unis, et une fois que les collègues de Malina ont commencé à faire des allégations d'espionnage, tout l'appareil de sécurité s'est abattu sur Tsien, qui était toujours à Cal Tech. Malina était partie à Paris, mais Tsien travaillait toujours à Cal Tech. À mon avis, il a été vraiment injustement accusé d'être un espion.

Les États-Unis ne pouvaient pas tout à fait décider s'il fallait l'expulser ou, parce qu'il avait une expertise si précieuse, le détenir. En fait, ils ont fait les deux. Ils l'ont détenu pendant quatre ans et l'ont finalement expulsé vers la Chine, qui était ravie de recevoir ce dividende d'expertise en matière de fusées. Tsien devient alors le fondateur du programme spatial chinois. C'était donc une erreur incroyablement stratégique de la part des États-Unis, c'est-à-dire qu'ils ont cédé l'expertise à un programme spatial rival, à un adversaire communiste, mais le tout sous le couvert d'essayer de contenir l'anticommunisme national chez eux. .

[email protected] : Quelle était l'implication de la Russie à cette époque ?

MacDonald : La Russie a développé son propre programme spatial. La Russie, la Grande-Bretagne et les États-Unis se précipitaient tous après la technologie V2 allemande. Mais la Russie avait sa propre tradition assez longue d'ingénierie de fusée qui remonte au célèbre théoricien [Konstantin] Tsiolkovsky. Mais je dirais que leur ingénierie est beaucoup plus lente à démarrer, si vous excusez le jeu de mots, que les États-Unis.

Je pense que le vrai paradoxe ici est que lorsque nous pensons à la guerre froide, nous pensons qu'il s'agit des États-Unis contre l'Union soviétique en termes d'ingénierie de fusée. Pourtant, la grande surprise pour moi était qu'il y avait aussi un débat interne aux États-Unis entre conservateurs et socialistes sur la direction de l'exploration spatiale, et aussi à quoi elle servait.

Pour Malina et beaucoup d'autres personnes impliquées dans son programme à Cal Tech, ils voulaient que l'exploration spatiale ne soit pas une arme de guerre, pas seulement pour tuer des gens et casser des choses, mais ils voulaient que l'ingénierie des fusées soit un véhicule pour la science civile et l'amélioration de la vie des gens ordinaires. des vies. De leur point de vue, ce n'est pas comme si la fusée était une nécessité prolétarienne massive, mais ils pouvaient voir en même temps qu'elle était capable de fournir des applications potentielles pour la vie civile qui feraient véritablement une différence pour les gens ordinaires. Comme les prévisions météorologiques, par exemple, qui se sont bien sûr avérées tout à fait exactes.

"Ce que nous pouvons apprendre de l'épisode Tsien, c'est qu'en essayant d'agir dans l'intérêt personnel de l'Amérique, vous pouvez finir par faire exactement le contraire."

Alors oui, il y a cet étrange paradoxe que la guerre froide est beaucoup plus complexe qu'on ne le prétend, et que la division n'est pas seulement une division de superpuissances, mais une division au sein des États-Unis.

[email protected] : La Floride et le Texas retiennent beaucoup l'attention, mais je pense que nous oublions parfois le rôle important que la Californie a joué dans le programme spatial.

MacDonald : C'est vraiment intéressant. Los Angeles est connue comme un centre de conception d'avions, et c'est pourquoi le travail de fusée commence là-bas. Il y a un groupe d'ingénieurs à Cal Tech qui essaie vraiment d'être pionnier dans des choses comme la conception d'hélices et la conception de profils aérodynamiques, et ils ont les outils pour le faire. It is that very expertise that ends up becoming really important, being able to take it to rocket research. But I guess it’s that other thing going on Los Angeles, which is just the kind of kookiness, the kind of eccentricities, the colorful characters, all of which does play a role in this story.

We now think of rocket science as a shorthand for complexity. “It’s not rocket science” — [meaning] it’s not complicated, right? But those words didn’t even belong in the same sentence together. The idea of rocket science in the 1930s was ridiculous. It was for cranks and fantasists and charlatans. Yet it is quite interesting that it is in California and in Los Angeles that you have the outsiders who are willing to give this a try. It is no coincidence that it starts there, because it takes slightly unconventional types, first of all, to be attracted to this domain of science, then to make it work, which they did.

[email protected] : What happened to Tsien?

MacDonald: He had a long career in the United States. He didn’t leave until the mid-1950s. But he lived to a very ripe old age and became the founder of China’s space program. It is interesting that China is very careful to credit Tsien as the founding father of their own space program in ways that are quite different from the United States in acknowledging essentially the same history. Malina is regarded as being a very marginal figure. He tends not to be remembered. Yet they are doing the same engineering, are part of the same program.

The great irony is Tsien then designs rockets for China that end up getting passed on to states with even less cordial relationships with the United States. For instance, Tsien’s silkworm missile ends up getting fired back at the United States in the first Iraq War, and as recently as 2016 by Houthi rebels in Yemen firing a rocket that is essentially a Tsien design coming originally from China. The circularity there is a little bit bizarre.

But yes, it’s a remarkable history and, to reiterate a point I made earlier, just a great strategic mishap to deport for no good reason an engineer that actually hands on such important technology to what was then a rival communist state.

[email protected] : Are some of these political dynamics that were in play back in the 1930s and 1940s still around today?


Les documents de cette collection qui ont été préparés par des fonctionnaires des États-Unis dans le cadre de leurs fonctions officielles sont dans le domaine public.
Certains des documents d'archives de cette collection peuvent être soumis à des droits d'auteur ou à d'autres restrictions de propriété intellectuelle. Il est conseillé aux utilisateurs de ces documents de déterminer le statut de droit d'auteur de tout document à partir duquel ils souhaitent publier.

La loi sur le droit d'auteur des États-Unis (Titre 17, Code des États-Unis) régit la réalisation de photocopies ou d'autres reproductions de matériel protégé par le droit d'auteur. Sous certaines conditions prévues par la loi, les bibliothèques et archives sont autorisées à fournir une photocopie ou une autre reproduction.
L'une de ces conditions spécifiées est que la photocopie ou la reproduction ne doit pas être "utilisée à des fins autres que des études, des bourses ou des recherches privées". Si un utilisateur fait une demande ou utilise ultérieurement une photocopie ou une reproduction à des fins excessives. d'"utilisation équitable", cet utilisateur peut être tenu responsable de la violation du droit d'auteur. Cette institution se réserve le droit de refuser d'accepter une commande de copie si, à son avis, l'exécution de la commande impliquerait une violation de la loi sur le droit d'auteur. La loi sur le droit d'auteur étend sa protection aux œuvres non publiées dès leur création sous une forme tangible.


Macdonald was born in Everett, Massachusetts, in 1917 and grew up in Malden. After several years in public school, he entered Phillips Academy in Andover. Macdonald attended Harvard University, where he was captain of the Crimson football team and the roommate of John F. Kennedy. They remained close friends throughout their lives, with Macdonald serving as an usher at then-Senator Kennedy's wedding and as an honorary pallbearer at President Kennedy's funeral. At Harvard, Macdonald earned his B.A. in 1940 and his LL.B. in 1946 from its law school.

Macdonald served in the United States Navy as a PT boat commander in the Southwest Pacific theater from 1942 to 1944, and was awarded the Silver Star, Purple Heart and Presidential Unit Citation. He was admitted to the bar in 1946 and commenced the practice of law in Boston as a partner in the firm of Stoneman, Macdonald & Chandler. Macdonald was a member of the National Labor Relations Board for the New England area from 1948 to 1952, and he was a delegate to the Democratic National Conventions in 1960, 1964, and 1968.

Macdonald was elected as a Democrat to the 84th Congress in 1954. During his career, he served as majority Whip, and as ranking Democrat on the House Committee on Interstate and Foreign Commerce. He was often referred to as the "Father of Public Broadcasting", since he was one of the legislators primarily responsible for Public Broadcasting Act of 1967. He was also responsible for the "sports blackout bill" which provides for the broadcast of local sold-out sporting contests. Another focus was his effort to reform campaign broadcasting practices, addressing his concern that competent candidates were being priced out of the process, and others were buying their way in. While recognized as an active legislator, he was also justly noted for his high level of service to individual constituents and their problems. His sharp wit and sense of humor garnered him among his Congressional colleagues the nickname "The Needle". He was reelected ten times, and died in office on May 21, 1976, [1] in Bethesda, Maryland.

Personal life Edit

Macdonald married actress Phyllis Brooks on June 23, 1945, in Tarrytown, New York. [2] They remained married until his death. They had four children, the eldest of whom was President Kennedy's godson. Macdonald was interred in Holy Cross Cemetery in Malden, Massachusetts. He was portrayed by actor Stan Cahill in the 1993 television miniseries JFK: Reckless Youth.


Torbert Hart Macdonald

Nicknamed Torby, was a politician from Massachusetts. He served as a Democratic member of the United States House of Representatives.

Macdonald was born in Everett, Massachusetts in 1917 and grew up in Malden, Massachusetts. After several years in public school, he entered Phillips Academy in Andover, Massachusetts. Macdonald attended Harvard University, where he was captain of the football team and the roommate of John F. Kennedy.They remained close friends throughout their lives, with Macdonald serving as an usher at then-Senator Kennedy's wedding and as an Honorary Pallbearer at President Kennedy's funeral. At Harvard , Macdonald earned his B.A. in 1940 and his LL.B. in 1946 from its law school.

Torby served in the United States Navy as a PT boat commander in the Southwest Pacific from 1942 to 1944 and was awarded the Silver Star Combat Award, Purple Heart and Presidential Citation. He was admitted to the bar in 1946 and commenced the practice of law in Boston, Massachusetts as a partner in the firm of Stoneman, Macdonald & Chandler. Torby was a member of the National Labor Relations Board for New England area from 1948 to 1952, and he was a delegate to the Democratic National Conventions in 1960, 1964, and 1968.

Macdonald was elected as a Democrat to the Eighty-fourth Congress in 1954. During his career, he served as Majority Whip, and as ranking Democrat on the House Committee on Interstate and Foreign Commerce. He was often referred to as the "Father of Public Broadcasting", since he was one of the legislators primarily responsible for Public Broadcasting Act of 1967. He was also responsible for the "sports blackout bill" which provides for the broadcast of local sold -out sporting contests. Another focus was his effort to reform campaign broadcasting practices, addressing his concern that competent candidates were being priced out of the process, and others were buying their way in. While recognized as an active legislator, he was also justly noted for his high level of service to individual constituents and their problems. His sharp wit and sense of humor garnered him among his Congressional colleagues the nickname "The Needle". He was reelected ten times and died in office on May 21, 1976, in Bethesda, Maryland.

He was married to the actress Phyllis Brooks from 1945 until his death. They had four children, the eldest of whom was President Kennedy's godson.


Clan MacDonald history

Clan MacDonald (or Clan Donald) is one of Scotland’s largest clans, with over 40 tartans and incorporates the senior branches of Keppoch, Sleat, Clanranald, Glengarry and Glencoe.

Its origins, like those of Clan MacDougall, go back to Somerled, a warrior born about 1113. He was styled Lord of the Isles, and was killed at the Battle of Renfrew. His son was Dòmhnall Mac Raghnuill, whose son, in turn, gave the clan its name. The MacDonald lands covered most of western Scotland and the northwest seaboard, and the clan was so powerful that its chief wielded almost as much power as the king.

The Maclan MacDonalds will forever be known for the fate that befell them at the Massacre of Glencoe in 1692, but the MacDonalds were no angels, frequently attacking and capturing Urquhart Castle on Loch Ness, for instance – on one occasion in 1545 they stripped Urquhart of its furniture, canon and gate.

Perhaps the best known MacDonald was Flora, who helped Bonnie Prince Charlie cross from the island of Benbecula to Skye after the Battle of Culloden in 1746. Finlaggan Castle on Islay, and Armadale Castle on Skye, are considered the spiritual homes of the clan.

The current High Chief of Clan Donald is Godfrey James Macdonald of Macdonald, 8th Baron Macdonald.

There are many official MacDonald tartans depending on the clan sept. The main ones are MacDonald Ancient, MacDonald Modern and MacDonald Weathered. There are numerous family crests, including “Or, a hand in armour fess ways holding a cross-crosslet fitchee gules” and “argent, a lion rampant gules, armed and langued azure”. The motto is “Per Mare per Terras” (“by sea and by land”).

Torbert MacDonald

A roommate of John F. Kennedy at Harvard University, Torbert MacDonald was an All-American halfback and captain of the Harvard football team. He spent three years playing professional baseball, debuting in the 1937 Can-Am League, which he split between three teams, hitting .280.

Three years later MacDonald played briefly with the Easton Yankees of the Eastern Shore League (hitting just .214) and with the Can-Am League's Amsterdam Rugmakers, batting .379. The speedy outfielder hit .300 for Amsterdam the next season. Studying at Harvard law school in the off-season, MacDonald passed the bar in 1946.

In 1942 Torby joined the US Navy and commanded a boat in the south Pacific. While directing an attack on a Japanese troop transport fleet, MacDonald suffered a leg injury and successfully brought back his crew to their base. He won the Purple Heart and Silver Star.

MacDonald followed JFK into politics and defeated a Republican incumbent for a US House seat in 1954. He served in Congress from 1955-1976 and was known for crafting legislation. He was known for helping set up public television.

In 1976 MacDonald helped become a leading figure for the "right-to-die" movement when he asked to discontinue life-sustaining devices.


Voir la vidéo: TORBERT MACDONALD PARK MEDFORD MA USA (Décembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos