Intéressant

La Libye est-elle une démocratie maintenant?

La Libye est-elle une démocratie maintenant?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Libye est une démocratie, mais avec un ordre politique extrêmement fragile, où la force des milices armées l'emporte souvent sur l'autorité du gouvernement élu. La politique libyenne est chaotique, violente et contestée entre les intérêts régionaux rivaux et les commandants militaires qui luttent pour le pouvoir depuis la chute de la dictature du colonel Mouammar Kadhafi en 2011.

Système de gouvernement: Lutte contre la démocratie parlementaire

Le pouvoir législatif est entre les mains du Congrès national général (GNC), un parlement intérimaire chargé d’adopter une nouvelle constitution qui ouvrirait la voie à de nouvelles élections législatives. Élu en juillet 2012 lors des premiers scrutins gratuits depuis des décennies, le GNC a succédé au Conseil national de transition (CNT), un organe intérimaire qui gouvernait la Libye après le soulèvement de 2011 contre le régime de Kadhafi.

Les élections de 2012 ont été largement saluées comme étant équitables et transparentes, avec un taux de participation élevé de 62%. Il ne fait aucun doute qu'une majorité de Libyens considèrent la démocratie comme le meilleur modèle de gouvernement pour leur pays. Cependant, la forme de l'ordre politique reste incertaine. Le parlement intérimaire devrait sélectionner un groupe spécial chargé de rédiger une nouvelle constitution, mais le processus s'est enlisé en raison de profondes divisions politiques et de violences endémiques.

En l'absence d'ordre constitutionnel, les pouvoirs du Premier ministre sont constamment mis en cause par le parlement. Pire encore, les institutions publiques de la capitale Tripoli sont souvent ignorées par tous les autres. Les forces de sécurité sont faibles et une grande partie du pays est effectivement dirigée par des milices armées. La Libye rappelle que l'édification d'une démocratie à partir de zéro est une tâche difficile, en particulier dans les pays sortant d'un conflit civil.

Libye divisée

Le régime de Kadhafi était fortement centralisé. L'État était dirigé par un cercle restreint d'associés les plus proches de Kadhafi, et de nombreux Libyens ont estimé que d'autres régions étaient marginalisées au profit de la capitale Tripoli. La fin violente de la dictature de Kadhafi a entraîné une explosion d'activité politique, mais aussi une résurgence des identités régionales. Cela est particulièrement évident dans la rivalité entre l’ouest de la Libye avec Tripoli et l’est de la Libye avec la ville de Benghazi, considérée comme le berceau du soulèvement de 2011.

Les villes qui se sont soulevées contre Kadhafi en 2011 ont acquis une mesure d'autonomie par rapport au gouvernement central, qu'elles répugnent maintenant à abandonner. Les anciennes milices rebelles ont installé leurs représentants dans les principaux ministères et exercent leur influence pour bloquer les décisions qui, à leur avis, sont préjudiciables à leurs régions d'origine. Les désaccords sont souvent résolus par la menace ou (de plus en plus) l’usage effectif de la violence, cimentant les obstacles au développement d’un ordre démocratique.

Principaux problèmes de la démocratie libyenne

  • État centralisé ou fédéralisme: De nombreux politiciens des régions de l'est riches en pétrole réclament une forte autonomie par rapport au gouvernement central afin de garantir que l'essentiel des bénéfices pétroliers soit investi dans le développement local. La nouvelle constitution devra répondre à ces demandes sans pour autant rendre le gouvernement central sans objet.
  • La menace des milicesLe gouvernement n'a pas réussi à désarmer les anciens rebelles anti-Kadhafi. Seules une armée et une police nationales puissantes peuvent forcer les milices à s'intégrer aux forces de sécurité de l'État. Mais ce processus prendra du temps et il est à craindre que les tensions croissantes entre des milices rivales lourdement armées et bien financées ne provoquent un nouveau conflit civil.
  • Démantèlement de l'ancien régime: Certains Libyens plaident pour une interdiction générale interdisant aux responsables de l'ère Kadhafi d'occuper un poste au gouvernement. Les avocats de la loi, qui comprennent d'éminents commandants de milice, déclarent vouloir empêcher les derniers vestiges du régime de Kadhafi de revenir en force. Mais la loi pourrait facilement être utilisée pour cibler des opposants politiques. De nombreux responsables politiques et experts pourraient se voir interdire d'occuper des emplois au gouvernement, ce qui augmenterait les tensions politiques et affecterait le travail des ministères.



Commentaires:

  1. Zulkigami

    Sujet inutile

  2. Ra

    Wacker, tu n'as pas tort :)

  3. Kinsella

    C'est de loin l'exception

  4. Andr?

    moi nra) bonne idée.

  5. Christophe

    J'ai versé dans cette affaire. Prêt à aider.

  6. Fitz

    Nous sommes désolés qu'ils n'interfèrent… mais ils sont très proches du thème. Ils peuvent aider avec la réponse.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos